Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Alby-sur-Chéran

Commander votre carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Sélectionner votre démarche ci-dessous pour obtenir votre prix en ligne

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Alby-sur-Chéran

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Alby-sur-Chéran , est le même dans toute les villes Haute-Savoie , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Alby-sur-Chéran changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE ALBY-SUR-CHÉRAN

Alby-sur-Chéran, anciennement Alby, est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune était le chef-lieu de la communauté de communes du Pays d’Alby, remplacée par le Grand Annecy le , elle est située dans l’Albanais, sur les rives du Chéran, dans le canton de Rumilly, au nord-ouest du Parc Naturel Régional du massif des Bauges dont elle fait partie depuis fin 2017[1].

La commune est limitée à l’ouest par celle de Saint-Félix, au nord-ouest par celle de Marigny-Saint-Marcel, depuis le ruisseau de Pattu jusqu’au Chéran ; au nord par celle de Saint-Sylvestre ; au nord-est par celle de Chapeiry ; à l’est par celle de Viuz-la-Chiésaz et celle de Mûres ; au sud, par celle d’Héry-sur-Alby.

La superficie de la commune est de 656 hectares ; son altitude varie de 360 à 606 mètres.

L’altitude est de 399 m au Pont-Neuf, 450 m à l’intersection des routes d’Aix-les-Bains (D 1201) et de Saint-Sylvestre (D 31) et 465 m à l’intersection des routes d’Albens et de Rumilly.

Le Chéran partage le territoire d’Alby en deux parties égales. Il reçoit comme affluents de la rive droite : le ruisseau des Moulins de la Capetta, le ruisseau de la Salette, le Pellève. Sur la rive gauche, il reçoit : le ruisseau du Pessey, le Marantin, la Touvière, le Morlon.

Alby-sur-Chéran est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,. Elle appartient à l’unité urbaine de Saint-Félix, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[8] et 4 994 habitants en 2019, dont elle est ville-centre,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction d’Annecy, dont elle est une commune de la couronne. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11][12].

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des territoires agricoles (56 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (63,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (48,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (15,8 %), forêts (14,5 %), zones urbanisées (13,7 %), prairies (4,3 %), terres arables (2,9 %).

L’IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIII siècle), la carte d’état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd’hui)[Carte 1].

Le toponyme Alby-sur-Chéran est composé d’Alby, dérivé du nom d’un domaine gallo-romain, Albiacum, avec le suffixe –acum, et du nom de la rivière qui passe à proximité, le Chéran, affluent du Fier. Chéran possède une racine pré-celtique d’origine hydronymique *kar, pouvant signifier « gros gravier dans le lit des rivières », selon Ernest Nègre[16], associé au suffixe –an,. La commune d’Alby devient par décret du 27 décembre 1860 (J.O. du 4 mars 1861) Alby-sur-Chéran[19]. Le nouveau nom a été mis adopté afin d’éviter toute confusion avec la ville d’Albi dans le Tarn.

Une autre version donne pour origine du nom l’ethnonyme Albios ou sous sa forme latine Albii, tribu celte qui peuplait la région et s’est transmise à la petite région naturelle de l’Albanais, mais aussi Albens (ancienne commune) et l’Albenche (rivière),.

La première mention d’Alby remonte à un document de 1275, Albiacum,. La forme évolue pour donner en 1344, Albiez[14][15]. On trouve au cours des siècles suivants les différentes formes Arbiacum, Albie, Arbiez dans le Régeste Genevois, puis Alby jusqu’à l’adoption en 1961 du toponyme officiel,.

En francoprovençal, la commune s’écrit Arbi selon la graphie de Conflans, la même a été choisie par l’ORB.

Le site fut peuplé très tôt comme le laisse supposer les substructions romaines qui furent exhumées au hameau de Masigny (Masiniacus).

Dès le haut Moyen Âge le site fut fortifié. Les Burgondes, sur les deux collines entre lesquelles coule le Chéran, y établirent des fortifications. Elles sont à l’origine des deux plus anciens châteaux ; Donjon et Châteauvieux. Ils commandaient alors le passage à gué sur la rivière sur la route reliant Annecy à Chambéry. À la fin du XIX siècle, un cimetière burgonde fut découvert au hameau des Grange.

La cité aurait été le chef-lieu primitif de l’Albanais, « pagus albanensis », l’un des sept districts (pagi) de la Savoie sous Charlemagne. L’Albanais comprenait tout le bassin qui tourne autour du massif des Bauges, depuis Grésy-sur-Aix, Albens, par Alby, Rumilly, Annecy, la vallée de Faverges jusqu’à l’Arly au-dessus d’Ugine[23]. L’origine d’Alby reste très ancienne puisque son nom apparaît sur l’un des plus vieux documents concernant la Savoie en 867, une charte du roi Lothaire II de Lotharingie où il fait une donation à sa femme Thieteberge,.

Située près d’un passage à gué sur le Chéran, le bourg d’Alby occupait un point stratégique de la voie de communication entre les villes d’Annecy et de Chambéry. C’est pourquoi, au Moyen Âge, la ville comptait pas moins de sept châteaux pour assurer la défense de ce point stratégique. Il s’agit des châteaux : de Châteauvieux appartenant aux comtes de Genève, Le Donjon, de Montconon/Monquenoit, de Montdésir appartenant aux Sires d’Alby, de Montpon, de Montvuagnard et de Pierre-Charve.

Anciennement, le mandement d’Alby ne comprenait que deux seigneuries : celle de Gruffy et celle de Songy.

Le , par lettres patentes datées d’Annecy, le comte Amédée II de Genève accorde au bourg d’Alby une charte de franchises, avec marché hebdomadaire et une foire annuelle à la Saint-Martin qui se tient depuis tous les ,. les franchises furent confirmées à 15 reprises, entre 1391 et 1647.

À cette époque, la cité était divisée en deux paroisses : la paroisse de Saint-Maurice, située sur la rive gauche du Chéran et la paroisse Saint-Donat, située sur la rive droite, dont l’église a été détruite en 1934 par un glissement de terrain et un incendie. Les deux paroisses furent réunies définitivement en 1683, mais les deux communautés ne seront réunies qu’en 1788.

En 1442, Claude de la Rochette, est vidomne d’Alby et Pierre Richard en est vice-châtelain.

Le , le fief du mandement d’Alby appartenant au duc de Savoie, est vendu aux enchères moyennant la somme de 9 044 ducats d’or, puis le inféodé et érigé en marquisat, en faveur du comte Victor-Amé de Maillard de Tournon, alors maréchal de camp du duc.

Commencée en 1823, la construction du nouveau Pont-Neuf est achevée en 1828. Lors du passage du roi Charles-Félix de Savoie en 1826 un tablier provisoire en bois est construit. Le nouveau quartier du Pont-Neuf se développe rapidement.

La cité médiévale était célèbre pour ses maîtres-cordonniers depuis le XIV siècle. En 1880, elle comptait environ trois-cents cordonniers et était une capitale locale pour la chaussure. Lors de la guerre de 1870-1871 qui opposa la France à la Prusse, les cordonniers fabriquèrent de novembre 1870 à mars 1871 plus de 6 200 paires de bottes et de chaussures pour les gardes nationaux recrutés par la IIIe République après la défaite des armées impériales. La cité comptait également une tannerie, des tisserands, une carderie et une filature mécanique mue par la force hydraulique fournie par le Chéran. Tous les , jour de la Saint-Crépin, leur saint patron, il y avait fête au chef-lieu. Aujourd’hui le musée de la Cordonnerie recueille les outils des cordonniers et tout ce qui concerne le travail du cuir.

En 1912, création d’une première fonderie sur le site du Pont-Neuf, lors de la Première Guerre mondiale, elle participera à l’effort de guerre en usinant et assemblant des obus. Une nouvelle fonderie est créée en 1923 sur le site de La Combe. En 1933, elle est reprise par des industriels d’Albertville et se spécialise dans le coulage de la fonte, à partir de fonte et d’acier de récupération, dans des moules fabriqués sur place, pour de grosses pièces de plusieurs tonnes comme des bâtis de presse. Après 1965, le tonnage journalier de production de fonte passe de 20 à 40 tonnes. Parmi les clients : les vannes Bayard, les presses à emboutir Billaud, les cintreuses Mingori et les machines-outils Gambin. La fonte produite est de grande qualité avec des fontes à graphites sphéroïdales.

Le , la Résistance, voulant couper la route de la retraite aux troupes allemandes, fait sauter le Pont-Neuf. La puissance de l’explosion projette des blocs de pierres jusqu’à 800 mètres.

En 1964 est créé, par des bénévoles de l’Amicale laïque, le premier terrain de football de la commune sur le secteur de La Combe sur un terrain appartenant au comte de Thiollaz.

En 1977, la fermeture de la fonderie des Alpes — à cause de la crise pétrolière — porte un rude coup à l’économie et à la démographie de la commune, en partie contrebalancée par l’ouverture quelques années plus tard de l’échangeur autoroutier qui a rendu la commune plus attractive à l’installation de nouvelles entreprises.

« Site officiel de la Mairie d’Alby-sur-Chéran »

La commune d’Alby absorbe celle de Saint-Donat en 1793, des suites de l’occupation du duché de Savoie à la France révolutionnaire.

Alby-sur-Chéran appartient au canton de Rumilly, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 29 communes. Avant ce redécoupage, la commune appartenait au canton d’Alby-sur-Chéran, dont elle était le chef-lieu.

La commune appartient depuis le au Grand Annecy, qui remplace la communauté de communes du pays d’Alby-sur-Chéran, créée en 1993[34] et qui fait suite à différents syndicats communaux (syndicat intercommunal pour le développement économique du canton d’Alby, syndicat intercommunal pour l’équipement scolaire du canton d’Alby, syndicat intercommunal pour le ramassage des élèves du canton d’Alby). On retrouve ainsi les onze communes de l’ancien canton d’Alby-sur-Chéran.

Alby-sur-Chéran relève de l’arrondissement d’Annecy et de la deuxième circonscription de la Haute-Savoie.

Depuis 1983, trois maires se sont succédé :

Les habitants de la commune sont appelés les Albygeois en référence à l’ancien nom de la commune.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[38].

En 2019, la commune comptait 2 576 habitants, en augmentation de 10,84 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +7,33 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

La commune d’Alby-sur-Chéran est située dans l’académie de Grenoble. Elle dispose d’une école maternelle (environ 120 enfants), d’une école élémentaire, Le Bourg, qui compte plus de 200 élèves, et d’un collège, René Long[43], regroupant les élèves des onze communes du pays d’Alby (environ 700 collégiens). À la suite de la construction d’un collège à Rumilly, les futurs collégiens de la commune de Saint-Félix voient changer leur collège de secteur au profit de ce nouvel établissement depuis la rentrée 2018, ce qui baisse

L’ancienne paroisse d’Alby-sur-Chéran était dédiée à saint Donat. La commune est désormais intégrée à la paroisse des Saints Philippe et Jacques du Semnoz[45], qui fait partie du doyenné de l’Albanais – les Usses, dont la maison se trouve à côté de l’église appartenant au diocèse d’Annecy.

Les paroissiens peuvent se rendre en l’église de Notre-Dame de Plaimpalais.

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS radio, Radio Semnoz… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l’émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L’Essor savoyard, Le Messager – édition Genevois, le Courrier savoyard.

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 36 749 , ce qui plaçait Alby-sur-Chéran au 5 787 rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[47].

La commune est desservie par une entrée/sortie de l’autoroute A41 Annecy-Chambéry depuis les années 1970.

Fin 2010, la commune avait 231 établissements actifs. Le nombre total des emplois de la commune dépasse les 2 000 soit l’équivalent du nombre d’habitants.

Secteurs d’activités : commerces, transports et services divers (55,8 %), industrie (13,9 %), administration publique, enseignement, santé et action sociale (13,9 %), construction et BTP (13,4 %), agriculture (3,0 %).

En 2014, la capacité d’accueil de la commune, estimée par l’organisme Savoie Mont Blanc, est de 239 lits touristiques répartis dans 32 structures. Les hébergements se répartissent comme suit : 9 meublés et un hôtel[49].

En 2016, la commune obtient une première fleur au concours régional des villes et villages fleuris.

Sept châteaux et un donjon assuraient la défense d’Alby et constituaient un système défensif permettant de contrôler le passage du Chéran.

Au XVII siècle, les armes du mandement d’Alby se blasonnaient ainsi : deux tours d’argent attachées à un pont en champ d’azur[52].

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Alby-sur-Chéran changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>