Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Champcenest

Commander votre carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Choisissez votre démarche ci-dessous pour obtenir votre prix en ligne

Changement de titulaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Champcenest

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Champcenest , est le même dans toute les villes Seine-et-Marne , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Champcenest changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE CHAMPCENEST

Champcenest [ʃɑ̃sənɛ] est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Au dernier recensement de 2019, la commune comptait 196 habitants.

La commune est située à environ 14,2 kilomètres par la route,. au nord de Provins[Carte 1].

L’altitude de la commune varie de 142 mètres à 173 mètres pour le point le plus haut, le centre du bourg se situant à environ 168 mètres d’altitude (mairie). Elle est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[3].

Le réseau hydrographique de la commune se compose de cinq cours d’eau référencés :

La longueur totale des cours d’eau sur la commune est de 6,21 km.

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l’eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie. La commune fait partie de deux SAGE : « Yerres » et « Petit et Grand Morin ».

Le SAGE « Yerres » a été approuvé le . Il correspond au bassin versant de l’Yerres, d’une superficie de 1 017 km, parcouru par un réseau hydrographique de 450 kilomètres de long environ, répartis entre le cours de l’Yerres et ses affluents principaux que sont : le ru de l’Étang de Beuvron, la Visandre, l’Yvron, le Bréon, l’Avon, la Marsange, la Barbançonne, le Réveillon[11]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le syndicat mixte pour l’Assainissement et la Gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE), qualifié de « structure porteuse ».

Le SAGE « Petit et Grand Morin » a été approuvé le . Il comprend les bassins du Petit Morin (630 km) et du Grand Morin (1 185 km2). Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le syndicat Mixte d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SMAGE) des 2 Morin, qualifié de « structure porteuse »[14].

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne.

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l’encadré ci-contre. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun – Villaroche , qui se trouve à 45 km à vol d’oiseau[16], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010 à 11,6 °C pour 1991-2020[18].

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n’est recensé sur la commune dans l’inventaire national du patrimoine naturel,,.

Champcenest est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne. Cette aire regroupe 1 929 communes[25][26].

La commune compte 44 lieux-dits administratifs répertoriés consultables ici[27] (source : le fichier Fantoir).

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des territoires agricoles (79,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (79,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (77,5% ), forêts (19,9% ), zones agricoles hétérogènes (2,3% ), zones urbanisées (0,2 %).

Parallèlement, L’Institut Paris Région, agence d’urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l’occupation du sol de l’Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d’occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu’à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover,,. L’Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l’évolution de l’occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 3].

La loi SRU du a incité les communes à se regrouper au sein d’un établissement public, pour déterminer les partis d’aménagement de l’espace au sein d’un SCoT, un document d’orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle et à un horizon de 20 ans et s’imposant aux documents d’urbanisme locaux, les PLU (Plan local d’urbanisme). La commune est dans le territoire du SCOT Grand Provinois, dont le projet a été arrêté le , porté par le syndicat mixte d’études et de programmation (SMEP) du Grand Provinois, qui regroupe les Communautés de Communes du Provinois et de Bassée-Montois, soit 82 communes.

La commune disposait en 2019 d’un plan local d’urbanisme approuvé. Le zonage réglementaire et le règlement associé peuvent être consultés sur le Géoportail de l’urbanisme[Carte 4].

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 97 dont 94,6 % de maisons et 5,4 % d’appartements.

Parmi ces logements, 83,9 % étaient des résidences principales, 12,6 % des résidences secondaires et 3,6 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 83,1 % contre 16,9 % de locataires.

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Campus Genestus en 1154 ; Ecclesia de Cappella Campisenes en 1164[35] ; Apud Campum Senes en 1194 ; Champcenes en 1236[37] ; Chamgenays en 1249 ; Chansennes vers 1260[39] ; Chamsenes en 1263 ; Champsenes en 1277[41] ; Champcenais en 1290 ; Champsenez en 1313[43] ; Champceneis en 1335 ; Campus Senectus vers 1350[45] ; Champcenes en 1396 ; Chancenetz en 1498[47] ; Chansenes en 1507 ; Chancenetz en Brye en 1514[49] ; Champchenetz en 1527 ; Chancenays en 1561[51] ; Champcenay en 1607 ; Campus Senectus en 1668[53][45].

La graphie la plus ancienne Campus Genestus en 1154 laisse penser a affaire à un champ de genêts, mais on rencontre quelques années plus tard la forme Campisenes en 1164. Le second élément du toponyme pourrait être un nom de personne, Genesius selon Ernest Nègre, Senecius selon Albert Dauzat.

Foussoles, Courtenot, Baleine et Maisoncelles.

La forteresse de Montaiguillon a vraisemblablement été construite dans la première moitié du XIII siècle. En 1423, le château de Montaguillon, défendu par Prigent VII de Coëtivy est assiégé pendant six mois par Salisbury[54].

Pendant la guerre de Cent Ans, par l’ordonnance et le commandement du duc anglais Bedford (qui se disait « Régent de France »), le comte anglais Salisbury (gouverneur du Pays de Champagne et de Brie) assiégea en 1423 (*1) avec ses troupes la dite forteresse. À l’intérieur de celle-ci, les assiégés armagnacs étaient au nombre de 120 combattants sous le commandement de trois capitaines : le sire de la Bourbe, le sire de Cotigny et un homme d’armes nommé Bourghenon. Le siège dura près de six mois et était régulièrement complété par des assauts anglais. Passé ce temps, les assiégés n’étaient plus qu’une trentaine de survivants. Lesquels, en conclusion, furent contraints de manger leurs chevaux pour survivre. Finalement, ils décidèrent de se rendre au comte Salisbury en promettant qu’ils paieraient pour avoir la vie sauve. Salisbury leur rétorqua qu’il exigeait le paiement de 22 000 saluts d’or (*2). Les assiégés, qui n’avaient d’autres choix, acceptèrent et laissèrent quatre otages comme gages, jusqu’au paiement complet de la somme exigée. Lorsque les tractations furent réglées, Salisbury ordonna la démolition de la forteresse.

Par la suite, il se pourrait qu’il ait servi de repère à des bandes de soudards et autres militaires désœuvrés qui ne s’en écartaient que pour détrousser les honnêtes voyageurs.

En 1613, Richelieu fait démanteler Montaiguillon afin de rendre la forteresse indéfendable pour que les capitaines félons ne puissent plus s’y réfugier.

Ce château est aujourd’hui en ruine, mais ces importantes ruines féodales, encore ceinturées de murailles imposantes, en pleine et belle forêt, sont la curiosité majeure du canton de Villiers-Saint-Georges. Montaiguillon constitue un des quelques exemples d’architecture militaire médiévale encore visibles en Ile-de-France.

Le 3 mars 2017, Jean-Claude Rambaud fait parler de sa commune en devenant le premier maire Seine-et-Marnais à apporter son parrainage à Jacques Cheminade, candidat à l’élection présidentielle. Les prises de position du fondateur de Solidarité et Progrès semblent avoir trouvé un écho dans cette petite commune briarde.

L’organisation de la distribution de l’eau potable, de la collecte et du traitement des eaux usées et pluviales relève des communes. La loi NOTRe de 2015 a accru le rôle des EPCI à fiscalité propre en leur transférant cette compétence. Ce transfert devait en principe être effectif au , mais la loi Ferrand-Fesneau du a introduit la possibilité d’un report de ce transfert au ,.

En 2020, la commune de Champcenest ne dispose pas d’assainissement collectif,.

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel. La communauté de communes du Provinois assure pour le compte de la commune le service public d’assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[59][62].

En 2020, l’alimentation en eau potable est assurée par le syndicat de l’Eau de l’Est seine-et-marnais (S2E77) qui gère le service en régie,,.

En 1753, 28 feux sont dénombrés à Champcenest, d’après l’ouvrage de Pierre Doisy : Le royaume de France, et les états de Lorraine, disposés en forme de dictionnaire, Paris, Tilliard, 1753, p. 381.


L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[66].

En 2019, la commune comptait 196 habitants, en augmentation de 8,89 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

En 2018, la commune était classée en zone de revitalisation rurale (ZRR), un dispositif visant à aider le développement des territoires ruraux principalement à travers des mesures fiscales et sociales. Des mesures spécifiques en faveur du développement économique s’y appliquent également. Le classement des communes en ZRR était valable jusqu’au ,.

En 2018, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 77, représentant 197 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 25 130 euros.

En 2018, le nombre total d’emplois dans la zone était de 28, occupant 94 actifs résidants (dont 18,7 % dans la commune de résidence et 81,3 % dans une commune autre que la commune de résidence).

Le taux d’activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s’élevait à 72,6 % contre un taux de chômage de 3,2 %. Les 24,2 % d’inactifs se répartissent de la façon suivante : 7,3 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 5,6 % de retraités ou préretraités et 11,3 % pour les autres inactifs.

En 2019, le nombre d’unités légales et d’établissements (activités marchandes hors agriculture) par secteur d’activité était de 16 dont 2 dans l’industrie manufacturière, industries extractives et autres, 4 dans le commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration, 1 dans les activités immobilières, 2 dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques et activités de services administratifs et de soutien, 2 dans l’administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale et 1 était relatif aux autres activités de services.

En 2020, 3 entreprises individuelles ont été créées sur le territoire de la commune.

Au , la commune ne disposait pas d’hôtel et de terrain de camping[74].

Champcenest est dans la petite région agricole dénommée la « Brie est », une partie de la Brie. En 2010, l’orientation technico-économique[Note 8] de l’agriculture sur la commune est la culture de céréales et d’oléoprotéagineux (COP).

Si la productivité agricole de la Seine-et-Marne se situe dans le peloton de tête des départements français, le département enregistre un double phénomène de disparition des terres cultivables (près de 2 000 ha par an dans les années 1980, moins dans les années 2000) et de réduction d’environ 30 % du nombre d’agriculteurs dans les années 2010. Cette tendance se retrouve au niveau de la commune où le nombre d’exploitations est passé de 8 en 1988 à 5 en 2010. Parallèlement, la taille de ces exploitations augmente, passant de 114 ha en 1988 à 167 ha en 2010[75]. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Champcenest, observées sur une période de 22 ans :

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Champcenest changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>