Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Conty

Commander votre carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Choisissez votre démarche ci-dessous pour obtenir votre prix en ligne

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez vendu votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez vendu votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Conty

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Conty , est le même dans toute les villes Somme , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Conty changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE CONTY

Conty est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Le petit bourg était le siège de la principauté de Conti.

Conty est un bourg picard de la vallée de la Selle au confluent des Évoissons et d’autres petits ruisseaux, situé au sud du département de la Somme, à 20 km au sud-ouest d’Amiens, à 35 km au nord de Beauvais et à 84 km au nord-est de Rouen.

Le bassin de la Selle, affluent de la rive gauche de la Somme, est formé de divers petits embranchements qui se réunissent tous, soit en amont, soit au milieu même de Conty. La rivière des Évoissons, seul véritable cours d’eau à grossir la Selle, reçoit la rivière de Poix et le ruisseau des Parquets,.

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des territoires agricoles (62,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (62,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (56 %), forêts (27,6 %), zones urbanisées (6 %), prairies (3,7 %), zones agricoles hétérogènes (3,1 %), eaux continentales (2,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,1 %)[3].

L’IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIII siècle), la carte d’état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd’hui)[4].

La commune est aisément accessible depuis la sortie Sortie 17 de l’autoroute A16 et est desservie par l’ex-RN 320 (actuelle RD 920).

En 2019, le bourg est desservi par la ligne d’autocars n 29 (Crévecœur-le-Grand – Conty – Amiens) du réseau interurbain Trans’80 Hauts-de-France[6].

Conty est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction d’Amiens, dont elle est une commune de la couronne. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[10][11].

Conty proviendrait du gaulois cond (confluent) de la Selle et des Évoissons.

La Selle, le bois et le promontoire (dominant toute la vallée et où plus tard se dressera le château) sont des facteurs qui incitèrent l’homme à s’y installer. L’histoire de Conty semble d’une grande richesse mais peu de documents sont parvenus jusqu’à nous de la période concernant le premier millénaire de notre ère.

Concernant les temps les plus anciens, des fouilles récentes (effectuées lors du décaissement d’une carrière), près de la Selle, ont mis au jour des ossements et des restes de vie en communauté datant des hommes préhistoriques.

Conty est située sur l’ancienne voie romaine conduisant à Beauvais, qui est appelée, Chaussée Brunehaut. Les Romains ayant l’habitude d’enterrer leurs morts sur les bords des chemins, deux cercueils datant de l’époque gallo-romaine furent découverts près du cimetière Saint-Martin, lors de terrassements, le 21 septembre 1848. Le voisinage du cimetière de Conty aurait été, dans des temps reculés, un lieu consacré aux inhumations[12]

Conty doit sa renommée à la source de Saint-Antoine qui aurait des vertus, et qui jaillit, dit-on, sous l’autel de l’église du même nom.

Au milieu du V siècle, vers 450, Attila et ses hordes de Huns auraient détruit Conty, comme ils saccagèrent Amiens et rasé Grandvilliers[12].

Au cours du IX siècle, les Vikings pillèrent les lieux. Leurs pillages et sauvageries amenèrent les populations à se réunir en une société hiérarchiquement mieux organisée et contribuèrent à l’installation de la féodalité[14].

C’est au X siècle que s’établit la première organisation féodale à Conty. Le tout premier seigneur, nommé Oger de Conty, est cité en 1044[14]. Cette première famille féodale aurait aussi eu Poix et le titre de vicomte d’Amiens, sous la suzeraineté des comtes de Breteuil et des comtes d’Amiens.

Au XI siècle, les seigneuries de Poix et de Conty, qui avaient fait partie du Beauvaisis, étaient des vicomtés dépendant du comté d’Amiens. Ces deux bourgs accueillaient par moitié la justice de la prévôté du Beauvaisi, dont le siège fut transféré par la suite à Grandvilliers[15].

Vers 1300, Agnès de Conty, fille d’Eustache, fut, après son père , dame de Conty et de Hallencourt et transmit la seigneurie à son mari Wauthier II du Hamel, vassal de l’abbaye de Corbie. En 1426, Isabelle du Hamel transmit la seigneurie à son époux Colart de Mailly, reçu sénéchal du Vermandois le  : sans postérité, c’est alors Ferry Ier de Mailly, frère de Colart, qui hérite vers 1484. Celui-ci, comme son frère, combattait avec les Bourguignons, mais il se rallia au roi de France en 1450.

Les guerres médiévales ont, comme ailleurs, considérablement rétréci la surface du bourg, beaucoup plus importante autrefois (au temps où il y avait moins à craindre en dehors de murailles).

La châtellenie de Conty disposait des fiefs de Rivière, du Hamel, de Luzières, de Moienbus, de Noyenne et de Rivery, le Clos Saint-Ladre.

Adrien de Mailly obtint du roi en 1486 , l’établissement de deux foires par an, et un marché-franc, tous les vendredis de l’année, pour la vente du blé dans Conty.

Les Mailly, sires de Conty, se sont fondus au XVI siècle dans la Maison de Roye, comtes de Roucy, Madeleine de Mailly, arrière-petite-fille de Ferry Ier épousant Charles de Roye le , au château de Saint-Germain-en-Laye en présence du roi François I[19] : par le mariage de leur fille Éléonore de Roye avec Louis Ier de Bourbon-Condé en 1551, les princes de Condé en héritèrent, puis leur branche cadette de Bourbon-Conti.

Conty comptait alors de nombreuses rues aujourd’hui disparues ou rebaptisées : rue Moyart, rue de Lombardie (à la suite de l’installation des Lombards (usuriers) à Amiens), rue de Thilloy, rue du Mesnil, rue de Pecquerine, rue de la Chaussée ou rue à l’Eau (ainsi appelée car la source de Saint-Antoine y coulait et un lavoir public y était établi), rue dite Ouin, rue Verte, rue de Ville. Il y avait aussi des moulins à drap, à papier et à tan, mus par le courant de la rivière Selle.

En 1589, le château fut pris par les Ligueurs de la ville d’Amiens.

En 1691, le 3 avril, sur les 6 heures du matin, un incendie se déclara dans la grande rue, près de l’église, chez Charles Englart qui périt avec sa femme en voulant sauver quelques meubles. Sept maisons ont brûlé. De nombreux autres incendies (dans les années 1709, 1734, 1809, 1812, 1825, 1827) ont apporté la désolation dans le bourg.

En 1758, il y eut une inondation considérable, par suite de la fonte des neiges.

Lors de la Révolution française, en 1790, à cause d’émeutes, un peloton de gendarmes et de Gardes nationaux a été appelé pour rétablir l’ordre dans le bourg.

En 1832, Conty a subi les ravages du choléra-morbus. L’apparition de cette maladie serait expliquée par les nombreux marais environnants.

Vers 1850, la halle d’autrefois, assez vaste, bâtie en charpente avec des bas-côtés et couverte en tuiles, fut remplacée par une lourde construction en briques, couverte en ardoises. C’est l’architecte Firmin Lombard qui en a été le maître d’œuvre. Elle comportait une halle marchande, une halle aux grains, un prétoire, un cabinet pour le maire et une salle d’assemblée pour le conseil municipal.

La gare de Conty, située sur la ligne Beauvais – Amiens, facilitant les déplacements des habitants et favorisant l’économie locale, transporta les voyageurs de 1876 à 1939. La plate-forme de cette ligne a été transformée en chemin de promenade, la Coulée verte, qui relie Crèvecœur-le-Grand à Vers-sur-Selles.

À la fin du XIX siècle, les frères Battersby exploitaient rue Henri-Dunant une fabrique de chapeaux melons. Afin de loger les contremaitres, ils firent construire le quartier anglais, qui se trouve au sud de la commune, rue des écoles, à 300 m. de l’usine, qui fonctionna jusqu’à la fin des années 1950. Lors de leur retour à Manchester, le quartier est repris en 1938 par la famille française Moreau[20].

Lors de la Première Guerre mondiale, Conty est une commune située à l’arrière du front, accueillant les soldats blessés dans un hôpital de campagne, situé sur l’actuel terrain de football. Les véhicules militaires et sanitaires étaient garés dans la cour de la papeterie située au bout de la rue des chapeliers. Les soldats qui n’ont pas survécu à leurs blessures ont été enterrés pendant quelques années sur un versant de l’actuel cimetière communal, avant que leurs corps ne soient regroupés dans des nécropoles militaires ou rendus aux familles qui en ont fait la demande pour les enterrer dans les caveaux familiaux. La gare de Conty a été utilisée pour le débarquement, à partir de 1917, des premiers chars chars Schneider CA1 français[23][24] ainsi que du matériel et du ravitaillement pour alimenter le front picard,. La 1re armée du général Debeney a établi son quartier général en juin, ou juillet 1918 dans une maison située dans la rue qui porte désormais son nom. Il y a préparé les offensives victorieuses, déclenchées le 8 août et qui se sont terminées par l’Armistice du 11 novembre 1918. Deux bombes sont tombées pendant la guerre sur la ville , l’une dans la rue Caroline Follet (dite rue à l’eau), l’autre a fait un mort et un blessé aux abords de l’actuel Val de Selle[29].

La commune a absorbé en 1973 celle de Wailly.

La commune se trouve dans l’arrondissement d’Amiens du département de la Somme. Pour l’élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Conty. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton d’Ailly-sur-Noye, qui n’est plus qu’une circonscription électorale.

La commune était membre de la communauté de communes du canton de Conty, créée par un arrêté préfectoral du 23 décembre 1996, et qui s’est substituée aux syndicats préexistants tels que le SIVOM et le SIVU de la coulée verte. Cette intercommunalité est renommée communauté de communes du Contynois en 2015, à la suite de la disparition du canton.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud-Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d’Oisemont », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes,. À la suite de l’avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[32], la préfecture sollicite l’avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion.

La communauté de communes Somme Sud-Ouest, dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [34].

Le bourg est labellisé :

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[46].

En 2019, la commune comptait 1 796 habitants, en augmentation de 5,34 % par rapport à 2013 (Somme : −0,2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Conty est un bourg centre qui a su développer sa population pendant la longue phase d’exode rural qui a frappé la Picardie au XIX et au XXe siècle. L’accélération de cette croissance est liée à la périurbanisation générée par l’attractivité d’Amiens, qui va encore s’accroître avec la création récente d’un échangeur de l’autoroute A16 à proximité immédiate de la commune.

L’école primaire publique Germain-Alix est établie dans la commune.

Les études en vue de la reconstruction du centre de secours de Conty sont financées en 2020.

L’EHPAD Saint-Antoine accueille jusqu’à 103 personnes âgées dépendantes.

Conty est une ville connue dans le monde du cheval et plus particulièrement de l’attelage. Parmi les évènements majeurs organisés à Conty, on notera le championnat du monde d’attelage à un cheval qui s’y est tenu en 2002, puis le championnat du monde de chevaux de trait en 2009 et dernièrement le championnat du monde d’attelage à deux chevaux en 2011.

D’autres concours majeurs d’attelage sont régulièrement organisés, tels le concours international d’attelage d’avril 2007 et le championnat de France d’attelage de chevaux de trait en septembre 2014.

Un marché de Noël, dont la 28 édition a eu lieu en 2019, est organisé à Conty, et, depuis 2017, sous l’organisation de l’intercommunalité[52].

Le château de Conty fut construit par Colart de Mailly vers 1430 , il fut pris le 23 octobre 1589 par les Ligueurs de la ville d’Amiens qui décidèrent de le détruire. Les habitants de Conty refusant de participer à la démolition, Jehan de Morlencourt, échevin, et le capitaine Saint-Jean se virent chargés de cette mission par délibération de l’échevinage d’Amiens en date du 31 octobre 1589. Cette démolition exigea huit jours d’un travail harassant.

L’église Saint-Antoine,,,,,,, , datant des XVe et XVI siècles, est un vaste et bel édifice en pierre, de style gothique flamboyant classé « Monument Historique »[62]. Il s’agit d’un des monuments les plus remarquables de Picardie. La statue du patron de l’église orne son clocher du XIV siècle, magnifique tour carrée de 33 mètres de haut, appuyée à droite du chœur. L’église est bâtie en forme de croix, elle a environ 30 m de longueur sur 21 m de largeur.

L’église Saint-Vaast de Wailly

M. A. Gabriel Rembault relate en 1835 la légende suivante concernant la fontaine Saint-Antoine, située en contrebas de l’église :

.

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Conty changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>