Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Guingamp

Passer votre commande de carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Sélectionner votre démarche ci-dessous pour obtenir votre tarif en ligne

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez vendu votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez vendu votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Guingamp

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Guingamp , est le même dans toute les villes Côtes-d’Armor , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Guingamp changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE GUINGAMP

Guingamp /gɛ̃.gɑ̃/ Écouter est une commune française située dans le département des Côtes-d’Armor, en région Bretagne.

Elle est homologuée « Petite cité de caractère ».

Située dans le département des Côtes-d’Armor en région Bretagne, la ville se situe à 110 km à l’est de Brest et 130 km à l’ouest de Rennes. Saint-Brieuc, la préfecture, est à 32 km à l’est. Historiquement, Guingamp appartient au Tregor (Bro Dreger) et géographiquement à l’Argoat.

Guingamp est traversée par le Trieux.

La région de Guingamp est marquée géologiquement par la chaîne cadomienne : au sud-ouest, le complexe de Belle-Isle-en-Terre (gabbros et péridotites) caractérise le bassin arrière-arc de cette chaîne. Guingamp est marquée par le métamorphisme intense de roches sédimentaires en migmatites et granitoïdes.

La route nationale 12 (2 × 2 voies) passe au sud de la commune.

La gare de Guingamp se situe sur la ligne Paris-Montparnasse – Brest, qui la relie à la capitale en 2h35.

Deux lignes de réseaux secondaires, la ligne de Guingamp à Carhaix et la ligne de Guingamp à Paimpol, permettent de joindre Carhaix et Paimpol.

Depuis 2011, Guingamp possède, avec son agglomération, un service de transports urbains : les Axéobus. Elle est reliée au reste de l’agglomération grâce aux 3 lignes régulières du réseau desservant Guingamp, Grâces, Pabu, Plouisy, Ploumagoar et Saint-Agathon. Le réseau est exploité pars le transporteur Jézéquel/Nicolas[4]. Les couleurs du réseau seront modifiées en .

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l’Atlantique), répartie tout au long de l’année avec un léger maximum d’octobre à février[7].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l’encadré ci-après.

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l’Énergie et du Climat complétée par des études régionales[11] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Plouisy », sur la commune de Plouisy, mise en service en 1971 et qui se trouve à 3 km à vol d’oiseau[13][Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11 °C et la hauteur de précipitations de 950,2 mm pour la période 1981-2010. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Saint-Brieuc », sur la commune de Trémuson, mise en service en 1985 et à 23 km, la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000[16] à 11,2 °C pour 1981-2010, puis à 11,4 °C pour 1991-2020[18].

Guingamp est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,.

Elle appartient à l’unité urbaine de Guingamp, une agglomération intra-départementale regroupant 6 communes et 21 870 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[23][24].

Par ailleurs, la commune fait partie de l’aire d’attraction de Guingamp, dont elle est la commune-centre. Cette aire, qui regroupe 15 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[25][26].

Depuis le 1 janvier 2017, Guingamp fait partie de la communauté d’agglomération Guingamp-Paimpol Armor-Argoat Agglomération, par arrêté préfectoral du 17 novembre 2016.

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des territoires artificialisés (94,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (94,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (86,8 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (7,5 %), zones agricoles hétérogènes (3,2 %), forêts (2,4 %).

L’IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIII siècle), la carte d’état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd’hui)[28].

Le nom de la localité est attesté sous les formes Wingamp, Guencamp en 1123[30], Guengamp en 1145, Wengampus en 1151, Wengamp, Guengampus en 1165 et en 1169, Wingamp en 1165 et en 1171, Guengampus, Guingampus en 1235.

Le nom en breton de la ville est Gwengamp /ˈɡwɛn.ɡãmp/, sans doute issu de gwenn « blanc » ou « béni » au sens figuré, et kamp (latin campus) « champ »[32].

Le sens étymologique serait donc « champ blanc », peut-être « champ ou domaine laissé en friche ».

Sigismond Ropartz privilégie le sens de Champ de vin (Guin-Camp). En 1151, Marguerite, duchesse de Bretagne, fait don à l’abbaye de Sainte Croix de plusieurs biens, dont quatre arpents de terre labourable situés entre « Ecclesiam vestran et Guingampum » pour y planter une vigne.

De nombreux tumulus et dolmens paléolithiques, néolithiques et de l’Âge du bronze sont présents dans le pays guingampais (Trésor de Kérivoa). La ville est toute proche de la voie romaine allant à Vorgium, passant notamment à Saint-Adrien et Plésidy.

Le Penthièvre fut un temps réduit à un petit comté dit « de Guingamp ».

Les fouilles menées par Laurent Beuchet dans le château de Guingamp ont mis en évidence les trois châteaux construits successivement sur le même site.

Un premier château, construit vers 1030 sur une motte féodale circulaire, était entouré d’un fossé d’une profondeur de 5 m creusé dans le rocher. Les bâtiments étaient en bois, de même que la tour-porte rectangulaire reposant sur six poteaux qui en défendait l’entrée.

Un second château, construit en pierre, est édifié au XII siècle. Son mur d’enceinte est polygonal ; les angles en sont renforcés de contreforts, selon un modèle alors très courant dans les domaines des Plantagenêt.

Un troisième château est construit au milieu du XV siècle, de plan carré avec d’imposantes tours circulaires aux quatre angles, adaptées à l’artillerie de l’époque. Ce troisième château est resté inachevé : les tensions existant alors entre le duché de Bretagne et le royaume de France obligent le duc François II de Bretagne à privilégier les châteaux situés à l’est aux marges de son duché, comme Dinan, Fougères ou Nantes[34].

Guingamp est citée pour avoir participé à la Révolte des Bonnets rouges ou Révolte du papier timbré survenue en 1675. Trois émeutiers y furent pendus.

Les Sœurs Augustines de la miséricorde de Jésus arrivent à Guingamp en 1676, s’installant dans un monastère (actuel hôtel de ville) ; elles prodiguèrent des soins hospitaliers jusqu’en 1944 ; les 7 dernières religieuses de la communauté, âgées en moyenne de 90 ans, quittent Guingamp en 2020.

La ville de Guingamp prit activement part à la Révolution de 1789. Fin 1792, Pierre Boullon, notable, révolutionnaire montagnard, fut élu maire, en remplacement de Pierre Guyomar parti siéger à la Convention. À partir de , deux comités de surveillance se mettent en place en ville. Le fait que deux comités soient mis en place dans une ville aussi modeste atteste d’une opinion très favorable au pouvoir Jacobin et à la nouvelle République, mise en place en . Guingamp, est également chef-lieu de district depuis 1790. Présidé par Vistorte, ce district comportait 38 communes autour de la ville. Dans chacune fut mis en place un comité de surveillance, mais les archives départementales conservent les documents d’une vingtaine seulement.

Les personnages principaux de l’époque de la « Terreur » furent des modérés tels que Charles Hello, Yves-Marie Salpin avocat, membre du district et du comité dit « De la Délivrance », ainsi qu’un « Enragé », Olivier Rupérou. L’historien Hervé le Goff détaille ces faits avec précision dans son ouvrage « Les riches heures de Guingamp, des origines à nos jours ». Les archives sont consultables aux Archives Départementales de Saint-Brieuc, dans la section 100L.

À Guingamp, sous la Révolution, aucune exécution n’est à noter. Par contre, les récoltes sont catastrophiques et l’approvisionnement des marchés s’avère souvent maigre. Pas de guillotine, et aucune chouannerie. En revanche, la participation active des Guingampais dans les guerres de Vendée, du côté républicain. Quelques troubles en 1794, avec la menace de chouans venus de l’est du département.

Guingamp était alors une ville de garnison (le 48 régiment d’infanterie y était basé).

Ce régiment participa notamment à la bataille d’Arsimont (Belgique) le , bataille au cours de laquelle son colonel (Louis de Flotte) fut tué.

Le 48 régiment d’infanterie, basé à Guingamp, a compté 2 057 morts bretons pendant la Première Guerre mondiale ; son régiment de réserve, le 248e régiment d’infanterie, en a compté 1 216.

387 soldats originaires de Guingamp sont Morts pour la France. 16 ont été distingués de la Légion d’Honneur.

Pour avoir hébergé et caché des aviateurs anglais, Georges Le Bonnie, de Lanvollon, fut arrêté le à Guingamp ; il fut décapité à Cologne le .

Né à Guingamp en 1923, Jean Tallec rejoint le maquis de Pont-Melvez au début de l’année 1944. Alors que son groupe venait d’exécuter des sabotages sur les lignes téléphoniques, il fut arrêté sur dénonciation, en même temps que ses camarades, le 27 juin 1944. Incarcéré à la maison d’arrêt de Guingamp, il eut à subir d’horribles tortures. Jugé et condamné à la peine de mort pour attentats et attaques à main armée contre l’occupant, il fut fusillé le 3 juillet 1944 au camp de Servel. Il avait 21 ans.

Membre du maquis de Pont-Melvez, René Forestier né à Guingamp, fut arrêté le 27 juin 1944 sur dénonciation, en même temps que quatre autres résistants. Accusés de sabotage de lignes téléphoniques, ils furent torturés pendant plusieurs jours. René Forestier fut amputé d’une jambe la veille de son exécution. Il avait 20 ans.

Georges Herviou, né à Guingamp en 1925, rejoint le maquis de Pont-Melvez au début de 1944. Alors que son groupe venait d’exécuter des sabotages sur les lignes téléphoniques, il fut arrêté, en même temps que ses camarades, sur dénonciation le 27 juin 1944. Incarcéré à la maison d’arrêt de Guingamp, il subit d’affreuses tortures. Jugé et condamné à la peine de mort pour attentats et attaques à main armée contre l’occupant, il fut fusillé le 3 juillet 1944 au camp de Servel. Il avait 19 ans.

Un groupe de 18 résistants, lesquels tenaient une réunion dans la sacristie de l’église de Guingamp, fut arrêté par les Allemands, emprisonnés à Saint-Brieuc et, après avoir été torturés, 17 d’entre eux furent tués et leurs corps jetés pêle-mêle dans une fosse commune dans le bois de Malaunay en Ploumagoar le  ; le 18e, Eugène Moulin, a été exécuté d’une balle dans la tête à Plélo la veille,.

Guingamp est libérée le par les maquisards de Plésidy-Saint-Connan.

97 soldats guingampais sont morts pour la France.

Le monument aux Morts porte les noms de 501 soldats morts pour la Patrie:

Frise chronologique de la succession des maires de Guingamp.

La ville a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d’Agenda 21 en 2008.

L’unité urbaine de Guingamp regroupe six communes qui totalisent 23 000 habitants, Guingamp, Plouisy, Ploumagoar, Grâces, Pabu et Saint-Agathon pour près de 27000 dans l’aire urbaine[46].

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[48].

En 2019, la commune comptait 7 069 habitants, en diminution de 0,52 % par rapport à 2013 (Côtes-d’Armor : +0,59 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Guingamp relève de l’académie de Rennes. Voici ci-dessous la liste des principaux établissements scolaires de la commune : Guingamp a la chance de pouvoir compter de nombreuses écoles, collèges et lycées publics et également privés. Sa population en saisons scolaires est ainsi très jeune.

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le .

À la rentrée 2018, 190 élèves étaient scolarisés à Diwan et dans les classes bilingues (soit 16,6 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire).

Le Festival de la Saint-Loup – Concours national de la danse bretonne et Festival international se tient tous les ans vers la mi-août. Il se termine toujours par la traditionnelle danse : la Dérobée de Guingamp.

Les principaux invités sont l’Écosse, l’Irlande, la Galice, les Asturies, le Pays de Galles, et autres artistes du monde entier. Guingamp est la capitale de la danse bretonne.

La danse est très présente dans les activités culturelles de la ville et l’office culturel organise une semaine de la danse créative contemporaine.

La ville est en outre connue pour la promotion de la culture du camelia à l’initiative de Fanch Ar Moal, grand spécialiste breton et international du camelia qui est maintenant soutenu par une nouvelle association dévouée à cette cause.

La ville dispose d’un hôpital.

La ville abrite le club de football professionnel En avant Guingamp. Ce club ayant joué en Ligue 1 entre 1995 et 1998 puis de 2000 à 2004 et de 2013 à 2019. Il est souvent lié à des investissements très importants, par rapport à la petite population de la ville. Le stade du Roudourou compte ainsi 19 039 places pour une population de Guingamp sous les 8 000 habitants. C’est l’une des plus petites agglomérations à être à ce niveau dans le monde. Parmi les clubs de supporters, on compte : le Kop rouge, les Red boys.

Le stade du Roudourou a accueilli la rencontre France-Îles Féroé, comptant pour les éliminatoires de la coupe du monde de football de 2010 (groupe 7), qui a eu lieu le .

Début , l’équipe de France féminine a joué à Guingamp contre l’Irlande ; match gagné 4 à 0, par les bleues, tout juste revenues des jeux olympiques de Londres, où elles avaient fini quatrièmes. Match qualificatif de l’Euro 2013.

En avant Guingamp a remporté la coupe de France de football 2008-2009 en battant le Stade Rennais 2-1, devenant ainsi le deuxième club de deuxième division à remporter la compétition.

Le , à l’issue de la 37 journée du championnat de Ligue 2, grâce à sa victoire sur le GFC Ajaccio (1-0), En avant Guingamp rejoint de nouveau la Ligue 1 qu’il avait dû quitter 9 ans auparavant.

En avant se qualifie pour un remake de la finale remportée en 2009, à l’issue d’une victoire contre l’AS Monaco aux prolongations 3 – 1 grâce à un doublé de Yatabaré et un but d’Atik sur des passes de Giresse et de Langil contre un but de Berbatov pour Monaco.

Le , En avant Guingamp retrouve donc le Stade Rennais FC pour cette finale de la coupe de France. Une nouvelle fois, EAG s’impose au Stade de France, 2 à 0, et ramène un second trophée dans les Côtes-d’Armor. Le club est ainsi qualifié pour la ligue Europa.

Le , En avant Guingamp se qualifie pour les 16 de finale de la ligue Europa après avoir terminé 2e de sa poule derrière la Fiorentina.

Guingamp Roller Skating est une association sportive principalement axée sur la course.

La ville compte un club: Guingamp Handball (GGHB). Les seniors ont réussi à atteindre à plusieurs le reprises le niveau Nationale 3. Les jeunes ont été plusieurs fois champions de Bretagne, comme lors de la saison 2021/2022.

Les Guingampais disposent d’un club, situé au moulin de la ville. La navigation se fait sur le Trieux.

Le Dojo Pays Guingamp/Dojo du Trieux est un club de judo, jujitsu, taïso et cross-training.

L’association est située au dojo de l’espace de la madeleine et intervient également dans les communes de Plouagat et Minihy-Tréguier.

L’hebdomadaire du pays de Guingamp est L’Écho de l’Armor et de l’Argoat.l’Argoat.

À l’identique de la population totale de la ville, la population active décroit entre 1999 et 2007.

En 1999, la population des 15 à 64 ans est de 5 190, contre 4 976 en 2007.

Les actifs (2 995 hab.) représentent 60,2 % de la population, et le nombre de chômeurs (530) fait ressortir un taux de chômage de 17,7 %.

En 2007, le revenu net imposable moyen par foyer fiscal est de 15 712 €.

38,5 % des foyers fiscaux sont imposés.

La ville possède une antenne de la Chambre de commerce et d’industrie des Côtes-d’Armor et fait partie de la technopole Anticipa gérée par l’Agence de développement industriel du Trégor.

Unité militaire ayant été en garnison à Guingamp :

La ville possède :

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Guingamp changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>