Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Le Pecq

Faites votre demande de carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Sélectionner votre démarche ci-dessous pour obtenir votre prix en ligne

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de titulaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Le Pecq

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Le Pecq , est le même dans toute les villes Yvelines , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Le Pecq changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE LE PECQ

Le Pecq est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Alpicois.

La commune du Pecq se situe dans une boucle de la Seine, à 19 km à l’ouest de Paris, au pied du château de Saint-Germain-en-Laye.

La commune du Pecq est limitrophe des communes du Mesnil-le-Roi (quartier de Carrières-sous-Bois) au nord, de Montesson au nord-est, du Vésinet à l’est, de Croissy-sur-Seine au sud-est, du Port-Marly au sud, de Marly-le-Roi au sud-sud-est, de Mareil-Marly au sud-ouest et de Saint-Germain-en-Laye à l’ouest.

Le territoire de la commune se répartit sur les deux rives de la Seine et englobe une petite île, l’île Corbière. Il est fortement urbanisé à l’exception de l’île Corbière, protégée partiellement comme zone de nidification d’oiseaux migrateurs. Jusqu’après la Seconde Guerre mondiale, un établissement de bains fonctionnait sur cette île. Deux autres établissements liés à l’eau furent célèbres au Pecq : un spa exploitant les nombreuses sources de la colline de Saint-Germain et une piscine en eau naturelle de 100 m de long, avec plages de sable que l’on appelle l’île aux dames.

Les communications sont assurées principalement par la route départementale 186 qui permet, sur la rive gauche, de rejoindre la route nationale 13 et la route nationale 186 au Port-Marly et qui, en direction de l’est, du Vésinet et de Chatou, franchit la Seine au pont du Pecq. Ce pont construit en 1963, est constitué d’arches en acier surbaissées reposant sur deux piles centrales en béton. Du côté ouest, les culées sont ornées de statues représentant l’Oise et la Seine. Ces statues ont été réalisées par René Letourneur qui a aussi sculpté des œuvres pour le lycée Jeanne-d’Albret de Saint-Germain-en-Laye.

Ces statues ont aussi une fonction pratique : elles créent, grâce à leur poids, une poussée verticale contrebalançant la poussée horizontale naturelle de l’ouvrage, technique devenue obsolète avec l’emploi des matériaux actuels. C’est pourquoi le pont Georges-Pompidou, inauguré en 1963, est présenté comme le dernier ouvrage de la sorte construit avec ce type d’ornements.

Les autres voies de communication importantes de la commune sont la route départementale 190 qui commence au pont du Pecq et permet d’accéder à Saint-Germain-en-Laye vers l’ouest ainsi que la route départementale 159 vers Le Mesnil-le-Roi au nord et la route départementale 7 vers Marly-le-Roi au sud.

Les berges de Seine sont aménagées pour les piétons et cyclistes sur l’ensemble des rives de la commune. Le tracé du GR 2, au fil de Seine et la voie cyclable internationale, avenue verte Paris-London, suivent le chemin de halage de la rive droite.

Des pistes cyclables et piétonnes sont également aménagées le long de la D190 depuis la côte de Saint-Germain-en-Laye. Le pont du Pecq dispose de trottoirs partagés entre vélo et piétons, peu pratiques mais sûrs, raison pour laquelle une passerelle est en projet depuis plusieurs années, sans que les études nécessaires ne soient encore lancées.

Il est donc compliqué de se déplacer à vélo en sein de la commune : le rond-point de la République, rive droite, ne fait l’objet d’aucun aménagement cyclable, alors qu’y circulent de nombreux poids-lourds, les quartiers des Vignes-Benettes et de Granchamp n’ont pas d’accès sécurisé au centre-ville.

Transport ferroviaire

La commune est démunie de gare mais dispose de plusieurs stations proches implantées sur les communes limitrophes :

Bus : 14 lignes de la société de transport Transdev Ile-de-France

Le Pecq est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,. Elle appartient à l’unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[5] et 10 816 803 habitants en 2018, dont elle est une commune de la banlieue,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal. Cette aire regroupe 1 929 communes[8][9].

La commune du Pecq est dispersée sur plusieurs quartiers très distincts. En plus du fleuve, plusieurs infrastructures routières et un domaine privé morcellent son territoire.

Le centre-ville se trouve rive gauche de la Seine, le long des berges et sur les coteaux de Seine. L’habitat collectif prédomine, sauf dans les quartiers d’habitat individuel de Saint-Wandrille et de la Cité, proche du Mesnil-le-Roi. Cette rive est proche du centre-ville de Saint-Germain-en-Laye, aisément accessible à pied ou en vélo.

Les quartiers du Mexique et du Canada, situés sur la rive droite mêlent habitat individuel et collectif. Les centres-villes du Vésinet et de Croissy leur sont plus accessibles que celui du Pecq.

Le tiers de la superficie de la commune est situé sur les coteaux de Seine, le long de l’ancien ru de Cruye, en contrebas de la ville de Marly-le-Roi, sous la forme d’un immense lotissement privé loti en 1925, le domaine de Grandchamp. Le domaine compte un château, une chapelle, 446 maisons individuelles et une voirie de 7 km linéaire entièrement privée. Il est isolé de tout le reste des territoires voisins.

Enfin, le quartier des Vignes-Benettes, d’habitat collectif, situé à l’extrême sud de la commune, est totalement coupé de cette dernière par le domaine privé de Granchamp. Ce quartier est en fait intégré à la commune de Marly.

La commune du Pecq a pour projet de densifier les commerces dans son cœur de ville rive gauche et de munir le Pont du Pecq d’une passerelle piéton-vélo pour réunir les deux rives de la commune.

Le nom de la localité est attesté sous la forme Alpicum au VII[11] ou VIII siècle[12], de Alpiaco en 829, Alpiacum en 833[14], Alpec en 1108, Alpecum en 1170[14], Aupec en 1194, Aupicum au XIII siècle, de Alpeco et de Aupico vers 1205[13], Alpetum en 1247, de Alpeco en 1384[13], « le port A upec » a été compris « le port Au pec » en 1709 d’où « Le Pecq »[16] avec déglutination d’un article fictif due à une mécoupure en interaction avec les prépositions à et de.

Le Pecq semble tirer son nom du pré-latin *Alp-iccum, formé sur le radical pré-latin alp- et le suffixe -ĭccum. Le mot semble gaulois alb- désignant originellement la couleur blanche, puis le monde d’en haut, le ciel. Ce mot est passé en latin sous la forme alp-[17]. La géminée du suffixe, jamais notée dans les textes anciens, explique le maintien de la consonne finale, alors qu’une évolution normale d’Alpicum aurait donné *Aupy, puis *Le Py.

Le Pecq est situé sur la côte dominant le passage obligé sur la Seine de la grande route conduisant de Paris à la Normandie par Poissy et Pontoise (l’ancienne nationale 13 qui traversait le bourg de Saint-Germain dont le château protégeait l’accès).

Ses coteaux bien exposés au sud-est étaient plantés de vignobles. Les derniers rois Mérovingiens avait un logis royal à l’abbaye d’Aupec (Le Pecq). Childebert III donna aux moines de cette abbaye, en 704, la terre d’Aupec et ses dépendances. Ils sont mentionnés pour la première fois dans une charte de Childebert III, roi de France, en 704. Cette année-là, le roi répond, assez tardivement, à une requête de Wandrille, formulée en 666 à Clotaire III et confirme à l’abbaye de Fontenelle une donation qui lui a été faite par la famille d’Érembert[20] devenu moine de cette abbaye.

En 1595, Henri IV demanda aux habitants du Pecq de lui céder 18 à 20 arpents de terre, nécessaires pour prolonger les jardins du Château Neuf jusqu’à la Seine. En compensation, il exempta les Alpicois de la taille et de diverses taxes, privilège qu’ils conservèrent jusqu’à la Révolution. Sous l’Ancien Régime, le village connut de nombreux jours d’affluence lorsque les rois Louis XIII, puis Louis XIV se rendaient à Saint-Germain avec leur cour venant du Louvre à bord d’une galère royale qui accostait au Pecq.

Louis XIV naquit au château Neuf de Saint-Germain-en-Laye, dans le pavillon de gauche qui surplombe le village de Saint-Wandrille. C’est aussi ici que se réfugia avec sa cour le roi Jacques II d’Angleterre lors de son exil.

Le village connut ainsi un essor commercial et les alpicois faisaient beaucoup la fête. C’est dans ce même esprit que Le Pecq organisa, en 2005, une manifestation festive en l’honneur des 1 300 ans de la ville.

En 1837, la première ligne de chemin de fer pour voyageur fut inaugurée entre Paris et Le Pecq : il s’agit de la ligne de Paris-Saint-Lazare à Saint-Germain-en-Laye. À l’époque, le terminus de la ligne se situe au port du Pecq, sur la rive droite de la Seine. Les locomotives sont en effet incapables d’affronter la rampe du coteau de Saint-Germain qui domine le fleuve de plusieurs dizaines de mètres. Les voyageurs qui souhaitent se rendre à Saint-Germain-en-Laye sont pris en charge par une diligence appelée patache. Début 2017, les vestiges de cette première gare, dont le lieu exact d’implantation n’était plus connu, sont découverts au pied du pont Georges-Pompidou (dit Pont du Pecq) à l’occasion de travaux pour la construction d’un ensemble immobilier (en lieu et place du garage Toyota).

« Ce qu’on peut dire, c’est que cette gare, construite à l’initiative des frères Pereire et financée par la famille Rothschild, a été construite pour donner une leçon de faste, montrer l’étendue du savoir-faire français », explique le représentant de la DRAC. Dix ans tout juste après son inauguration, cette première gare de voyageurs de France était en effet abandonnée. Le prolongement de la ligne jusqu’au château de Saint-Germain, alors rendu possible par l’apparition du chemin de fer atmosphérique, avait imposé la création d’une autre gare, à seulement quelques centaines de mètres de là.

Bombardements du Pecq

Pouvait-il s’agir d’une erreur alors qu’au Pecq la ville a été éclairée pendant les deux heures qu’a duré le bombardement et que 195 bombes ont été lancées par des bombardiers volant entre 1000 et 3 000 pieds (300 à 900 mètres) ? L’ouverture récente des archives de la Royal Air Force a permis de montrer que ce n’était pas une erreur. Les 235 bombardiers qui en fin d’après-midi du s’envolent de 27 aérodromes anglais appartiennent aux quatre groupes du Bomber Command opérationnels à cette époque, répartis en trente-trois Squadrons. L’objectif affiché en clair de ces bombardiers est les usines Renault de Boulogne-Billancourt, mais une partie d’entre eux a un autre objectif codé qui leur a été assigné : tout un faisceau d’indices issus des archives conduit à penser qu’il s’agit du Haut Commandement allemand pour tout le front ouest, l’Oberbefehlshaber West ou OB-West, dont le chef est à ce moment le maréchal Erwin von Witzleben. L’état-major allemand était alors installé au Pavillon Henri IV à Saint-Germain-en-Laye, en limite du Pecq. Il constituait pour les Alliés un objectif psychologique de premier ordre, très exposé et peu défendu. En effet jusqu’à ce début les bombardements de la RAF s’étaient cantonnés au littoral français, frappant essentiellement les ports (en 1941 Brest subit plus de trente bombardements). Si le maréchal Witzleben a survécu à ce bombardement qui a détruit aux trois-quarts le Pavillon Henri IV, il fut dès le relevé de son commandement par Hitler et remplacé par le maréchal von Rundstedt qui entreprit immédiatement de construire une série de bunkers enterrés qui constitueront le nouveau quartier général allemand. Un élément dans les archives françaises confirme ce qui ressort de l’étude des archives anglaises. C’est le rapport de l’expert agréé par le ministère de Reconstruction et de l’Urbanisme pour l’Industrie hôtelière qui écrit en 1947 : le bombardement aérien du a été provoqué par l’occupation allemande du Pavillon Henri IV qui comportait un état-major extrêmement important[24]. Malheureusement Le Pecq a payé un lourd tribut à cette opération. L’inévitable dispersion des bombes a touché plusieurs quartiers : de la Cité, du Port et du Mexique. Le quartier de la Cité, le plus proche du pavillon Henri IV, a été le plus éprouvé. Au total il y aura 47 morts et 22 blessés. Le nombre de sinistrés est de 591, tandis que 191 familles sont sans abri. Les dégâts matériels sont très importants : 2 grands immeubles partiellement détruits, 35 immeubles totalement détruits, 105 partiellement, 100 légèrement. La commune du Pecq est sinistrée à 52%.

L’odonyme « rue du 3-Mars-1942 » commémore cet événement.

Le ce sont cette fois douze Mustangs américains de la IX USAAF qui attaquent à nouveau le quartier de la Cité et du Mexique faisant trois nouvelles victimes.

Enfin le vers 20h45, en prélude au débarquement, c’est le pont du Pecq qui est visé faisant une nouvelle victime.

Au total ce seront 53 Alpicoises et Alpicois qui auront été emportés dans la tourmente des bombardements successifs du Pecq.

La commune était le chef-lieu du canton du Pecq depuis 1976. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Saint-Germain-en-Laye.

La commune était membre depuis 2014 de la communauté de communes Saint-Germain Seine et Forêts, transformée en communauté d’agglomération en 2015.

Celle-ci fusionne avec d’autres intercommunalités pour former, le , la communauté d’agglomération Saint Germain Boucles de Seine.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d’une enquête par sondage auprès d’un échantillon d’adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans,

En 2019, la commune comptait 15 716 habitants, en diminution de 3,21 % par rapport à 2013 (Yvelines : +2,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

En 2018, le taux de personnes d’un âge inférieur à 30 ans s’élève à 34,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (38,0 %). À l’inverse, le taux de personnes d’âge supérieur à 60 ans est de 25,3 % la même année, alors qu’il est de 21,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 7 279 hommes pour 8 670 femmes, soit un taux de 54,36 % de femmes, largement supérieur au taux départemental (51,32 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s’établissent comme suit.

La commune est située dans l’académie de Versailles.

La ville administre cinq écoles maternelles (écoles maternelles publiques Centre, Jean-Moulin, Général-Leclerc, Normandie-Niemen sur la rive gauche, école maternelle publique Jehan-Alain sur la rive droite) et cinq écoles élémentaires (écoles élémentaires publiques Claude-Érignac, Jean-Moulin, Général-Leclerc, Normandie-Niemen sur la rive gauche, école élémentaire publique Félix-Éboué-Wilson sur la rive droite).

Le département gère deux collèges : le collège Jean-Moulin (rive gauche) et le collège Pierre-et-Marie-Curie (rive droite). Il n’y a pas de lycée public au Pecq : la très grande majorité des collégiens alpicois terminent leurs études secondaires dans les lycées de la ville de Saint-Germain-en-Laye.

S’ajoute à cette offre éducative publique le groupe scolaire Saint-Dominique, établissement catholique privé hors contrat (sauf trois classes primaires sous contrat simple avec l’État) réunissant école maternelle, élémentaire, collège et lycée.

La commune n’héberge pas d’établissement universitaire.

Le Pecq accueille tout au long de l’année de nombreux concerts et événements culturels dans ses infrastructures, et plus généralement dans la salle des fêtes. Depuis 2002, le Printemps Musical se tient annuellement généralement courant avril, et accueille des artistes régionaux.

Aucun établissement de santé n’est implanté dans la commune. L’hôpital public généraliste le plus proche est le centre hospitalier intercommunal de Poissy-Saint-Germain-en-Laye. Sept médecins généralistes, huit chirurgiens-dentistes[44] exercent dans la commune et six pharmacies sont installées au Pecq.

La paroisse catholique du Pecq est une annexe du doyenné de Saint-Germain-en-Laye. L’église paroissiale Saint-Wandrille a été un prieuré dépendant de l’Abbaye Saint-Wadrille qui a été sécularisée en 1525 pour devenir une paroisse. L’église actuelle a été reconstruite au XVIIIe siècle à l’initiative du Duc Louis de Noailles, gouverneur de Saint-Germain-en-Laye.

Un article de six pages paru le 27 juillet 1989 dans le magazine Famille chrétienne, rapporte qu’en mai 1978, lorsque le Père Marcel Goémine qui était curé de Sartrouville a été nommé au Pecq pour remplacer un curé moderniste, il y avait à peine 100 fidèles pour les trois messes, plus de chorale, plus d’activité. En dix ans, grâce à l’aide d’un groupe de renouveau charismatique, et au retour à une liturgie traditionnelle avec chorale, musique, confession individuelle, séances de prières, processions, retraites, oeuvres charitables, ainsi qu’aux talents du Père Goémine pour la prédication en chaire, il s’est créé une énorme affluence aux messes, des conversions, des dons, les demandes de baptêmes, de mariages, de messes ont dépassé les possibilités d’accueil. Par la suite, le curé de Saint-Germain et l’évêque de Versailles ont essayé de mettre fin à cette dérive traditionaliste en mutant le Père Goémine. Le culte traditionnel, la ferveur religieuse et l’affluence exceptionnelle ont continué après le départ du Père Goémine en 1991.

La plaque dans l’église qui commence en 1525.

Curés de la paroisse Saint-Thibaut, (Le Pecq-Marly-le-Roi).

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 41 462 €, ce qui plaçait Le Pecq au 1 865 rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[53].

Elle participe au Concours des villes et villages fleuris et possède trois fleurs en 2017,.

En 2002, pour entretenir l’héritage culturel laissé par les Impressionnistes dans les Yvelines, Le Pecq, avec huit autres communes riveraines de la Seine, Carrières-sur-Seine, Chatou, Croissy-sur-Seine, Bougival, Louveciennes, Marly-le-Roi, Le Port-Marly et Noisy-le-Roi, crèe le label et la structure « Pays des Impressionnistes ».

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Le Pecq changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>