Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Lestelle-Bétharram

Faites votre demande de carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Sélectionner votre démarche ci-dessous pour obtenir votre prix en ligne

Changement de titulaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de titulaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Lestelle-Bétharram

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Lestelle-Bétharram , est le même dans toute les villes Pyrénées-Atlantiques , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Lestelle-Bétharram changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE LESTELLE-BÉTHARRAM

Lestelle-Bétharram est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont les Lestellois et les Lestelloises.

La commune de Lestelle-Bétharram se trouve dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle se situe à 25 km par la route de Pau[3], préfecture du département, et à 19 km de Pontacq, bureau centralisateur du canton des Vallées de l’Ousse et du Lagoin dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[2]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Pau.

Les communes les plus proches sont[5] : Montaut (0,7 km), Igon (3,8 km), Asson (3,9 km), Coarraze (4,8 km), Saint-Pé-de-Bigorre (5,1 km), Arthez-d’Asson (5,6 km), Saint-Vincent (6,1 km), Bénéjacq (6,9 km).

Sur le plan historique et culturel, Lestelle-Bétharram fait partie de la province du Béarn, qui fut également un État et qui présente une unité historique et culturelle à laquelle s’oppose une diversité frappante de paysages au relief tourmenté.

La commune est traversée par le gave de Pau, affluent de l’Adour, et par ses tributaires, les ruisseaux de Cacaret et de Batcrabère. Ce dernier est lui-même alimenté sur la commune par le ruisseau d’Abadie.

Un affluent de l’Ouzoum, le ruisseau l’Arrieucourt, coule également sur la commune. Ce dernier est à son tour rejoint sur les terres de Lestelle-Bétharram par le ruisseau le Gès.

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l’éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu’en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[10].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l’encadré ci-après.

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l’Énergie et du Climat complétée par des études régionales[13] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Asson », sur la commune d’Asson, mise en service en 1970 et qui se trouve à 4 km à vol d’oiseau[15][Note 5], où la température moyenne annuelle est de 13 °C et la hauteur de précipitations de 1 304,6 mm pour la période 1981-2010. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Pau-Uzein », sur la commune d’Uzein, mise en service en 1921 et à 35 km[17], la température moyenne annuelle évolue de 13,2 °C pour la période 1971-2000, à 13,4 °C pour 1981-2010[19], puis à 13,8 °C pour 1991-2020.

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée,. Un espace protégé est présent sur la commune : le « gave de Pau », objet d’un arrêté préfectoral de protection de biotope, d’une superficie de 47,1 ha[23].

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux », constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS). Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la « directive Habitats » : le « gave de Pau »[25], d’une superficie de 8 194 ha, un vaste réseau hydrographique avec un système de saligues encore vivace[26][Carte 1].

L’inventaire des zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1 est recensée sur la commune[27][Carte 2] : les « gave d’Azun, ruisseau du Bergons et gave de Lourdes » (437,18 ha), couvrant 31 communes dont 2 dans les Pyrénées-Atlantiques et 29 dans les Hautes-Pyrénées et une ZNIEFF de type 2[Note 9][27][Carte 3] : le « réseau hydrographique du gave de Pau et ses annexes hydrauliques » (3 000,84 ha), couvrant 71 communes dont 10 dans les Landes, 59 dans les Pyrénées-Atlantiques et 2 dans les Hautes-Pyrénées.

Lestelle-Bétharram est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Pau, dont elle est une commune de la couronne. Cette aire, qui regroupe 228 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[33][34].

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des territoires agricoles (64,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (64,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (47,7 %), forêts (28,2 %), terres arables (17 %), zones urbanisées (7,1 %).

L’IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIII siècle), la carte d’état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd’hui)[Carte 4].

La commune est desservie par les routes départementales 35, 226, 526 et 937, ainsi que par la ligne SNCF Toulouse – Bayonne.

Le toponyme Lestelle apparaît sous les formes la bastide de Lestelle (1335, réformation de Béarn[37]), Lestele (1402, censier de Béarn[38]), La Stela (1429, censier de Bigorre[39]), Lestella (1544, titres de Béarn[40]), Lastelle et l’Estelle (respectivement 1544 et 1675[36], réformation de Béarn) et Saint-Jean de Lestelle (1675[36], terrier de Lestelle).
Une méthode rationnelle consistait à donner à la nouvelle cité le nom du quartier ou de l’endroit où elle était bâtie. Le mot de Lestelle, au premier abord, viendrait d’étoile. Dans la vallée de l’Adour, entre Tarbes et Bagnères se trouve un endroit nommé l’estélou en raison d’une vieille borne en pierre qui jalonnait la route. On garde par ailleurs le souvenir d’une ferme placée près d’un cours d’eau appelée Lestelle à cause d’une “stèle” ou borne indiquant qu’en cet endroit le fleuve était guéable[42][Note 12].

Le toponyme Bétharram, hameau de Lestelle, est mentionné en 1335 (réformation de Béarn[37]) et apparaît sous les formes Guatarram (1335, terrier de Lestelle[41]) et la chapelle de Nostre-Dame du Calvaire de Betarram (1644, titres de la chambre des comptes de Pau[43]).
Bétharram signifie « beau rameau » en béarnais.

Son nom béarnais est L’Estela-Bètharram ou L’Estéle-Bètharram[45].

Lestelle est une bastide créée en 1335 sur le territoire d’Asson (quartier d’Artigaux) par Gaston II de Foix, fils de Roger-Bernard de Foix et de Marguerite de Béarn, époux d’Eléonore de Comminges et père de Gaston III dit Fébus. Lestelle payait, tous les ans, une redevance à Asson dont le montant s’élevait à trois livres. De nombreux privilèges furent accordés, notamment l’affranchissement, les concessions foncières, les franchises de pacages pour la transhumance, le droit de chasse et de pêche, l’exemption du droit de passage sur le pont en bois de Gatarram, une administration autonome, l’exemption du four banal[47]. Les quatre jurats étaient aidés par le garde-boursier qui avait pour mission de garder les caisses de la commune et par le notaire rural jouant le rôle dévolu aujourd’hui aux secrétaires de mairie ; il notait notamment les procès-verbaux des séances. Les réunions n’avaient pas lieu dans une salle, mais sur la place de l’église avec la présence de tous les habitants ; si vote il y avait, celui-ci se faisait à main levée.Paul Raymond note qu’en 1385, comptait trente-deux feux et Bétharram[48]. Les deux paroisses dépendaient du bailliage de Nay.

Lestelle-Bétharram est un lieu de pèlerinage très ancien et toujours très fréquenté ( et le dimanche qui suit). La légende rapporte en effet, à une date indéterminée, que la Vierge y sauve une jeune fille de la noyade en lui tendant un rameau sous le pont (d’où le « rhabillage toponymique » de Guatarram en bétharram qui signifie ‘beau rameau’ en béarnais). La chapelle primitive, sans doute construite au XIVe, est brûlée, reconstruite puis, trop modeste, agrandie. Les merveilles s’y opérant attirent de plus en plus de pèlerins, ce qui vaut à Bétharram au XV siècle, le nom de « Terre sainte ». Le sanctuaire du XVIe siècle est alors un joyau de l’art baroque en Béarn. En 1569, les protestants, maîtres de la région, incendient le sanctuaire et proscrivent la religion catholique en Béarn. Dès lors, les processions de la Fête-Dieu sont interdites ; les croix, les images des saints, tout ce qui touche de près la religion catholique est enlevé. Ces excès donnèrent lieu à l’intervention du pape Pie V et du roi de France. Le village n’est pas épargné par la tourmente, mais au dire de Marca (président du Parlement de Navarre, intendant de justice, conseiller ordinaire et conseiller d’État), personne ne se fait protestant. En 1614, l’évêque de Lescar reçoit l’autorisation de reconstruire la « Dévote Chapelle en ruines ». Grâce à Louis XIII, elle est relevée en 1616 et la veille de l’Assomption de l’an 1622, selon la tradition, une source tarie se remet à couler dans une grotte proche du sanctuaire. Ces eaux sont conduites plus loin dans un édicule indépendant et deviennent une fontaine miraculeuse. Plus de quatre-vingt miracles y auraient été recensés au XVIIe siècle.

Au printemps de 1678, une crue subite du Gave emporte à la fois l’église, le cimetière du village et le pont. La destruction du pont est un problème grave, rendant les villages isolés par le gave. Ce passage daterait, semble-t-il du XIV siècle, le premier pont aurait été construit par les habitants de Montaut, vraisemblablement vers 1308[52]. Ce pont est détruit en 1646 et 1676 aussi, toujours par les crues, car il était en bois, étroit et assez dangereux. Il est reconstruit en pierre, ses travaux durent jusqu’en 1687. En 1681, les travaux de construction de la nouvelle église sont achevés.

En 1837, Michel Garicoïts fonde le collège Notre-Dame de Bétharram, maison-mère de la congrégation des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus qu’une double vocation de mission et d’enseignement a amenée à essaimer dans le monde entier (Algérie jusqu’en 1962 avec le collège de Sonis, Argentine, Paraguay, Uruguay, Côte d’Ivoire, Chine puis en Thaïlande auprès des Karens ou Karènes). On peut voir dans la chapelle son cercueil en verre et un bout de son pouce.

C’est à Lestelle-Bétharram alors notoirement connue pour ses miracles, que Bernadette Soubirous venait très souvent. Elle en ramena le chapelet qu’elle détenait lors de l’apparition de la Vierge à Lourdes.

Lestelle-Bétharram appartient à cinq structures intercommunales :

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[55].

En 2019, la commune comptait 825 habitants, en diminution de 3,73 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,8 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Lestelle-Bétharram fait partie de l’aire urbaine de Pau.

La commune fait partie de la zone d’appellation de l’ossau-iraty. Les activités agricoles sont nombreuses : élevage, apiculture…

Petite commune rurale, elle possède peu de commerces : une pharmacie, une boulangerie, une épicerie, un salon de coiffure, un garage. On y trouve une maison de retraite.

Lestelle-Bétharram dispose d’une école primaire publique et d’un collège-lycée privé (ex Notre-Dame de Bétharram actuellement renommé Le Beau-Rameau – groupe scolaire comprenant le collège Sainte-Élisabeth d’Igon et l’école Saint-Joseph de Montaut)).

On y trouve un fronton, un boulodrome, un piste de skate-board, un terrain de basket, un stade sur les berges du gave sur la base de loisirs du Saillet.

Le tourisme est une part importante de son économie avec trois hôtels, quatre restaurants, un camping au bord du Gave, des gîtes et des chambres d’hôtes. On y trouve des équipements de loisirs sur la base de loisirs du Saillet. Les activités nautiques au bord du gave se développent aussi : kayak, rafting… En et en , les crues exceptionnelles du gave ont détruit de nombreux équipements de la base de loisirs qui ont été reconstruits depuis.

Les fêtes locales se déroulent à la fin juin.

Le pont de Bétharram (pont en arc à une travée datant de 1687) fut inscrit aux monuments historiques en 1925.

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Lestelle-Bétharram changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>