Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Marcelcave

Faites votre demande de carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Choisissez votre démarche ci-dessous pour obtenir votre tarif en ligne

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Marcelcave

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Marcelcave , est le même dans toute les villes Somme , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Marcelcave changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE MARCELCAVE

Marcelcave est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Marcelcave est un bourg picard situé à une vingtaine de kilomètres à l’est d’Amiens, quelques kilomètres de Villers-Bretonneux et à proximité de l’axe Amiens-Saint-Quentin (D 1029 et A29),

La majeure partie du territoire de la commune est de formation secondaire (crétacé). Au nord et au centre, le sol est de formation tertiaire, sous la couche végétale, on trouve des couches argileuses. Le calcaire affleure sur le versant septentrional de la vallée de la Luce. Le fond de la vallée est de nature tourbeuse.

Le relief de la commune est celui d’un plateau traversé par un vallon allant du village à la Luce. Au sud de la commune le paysage est celui d’une vallée. Le point culminant de la commune est d’une altitude de 98 m.

Le territoire communal est limité au sud par la Luce, affluent de la rive droite de l’Avre, affluent de la rive gauche de la Somme.

Le climat de la commune est tempéré océanique avec vents dominant de sud-ouest et de nord-est.

La commune présente un habitat groupé. Le village fut reconstruit pendant l’entre-deux-guerres et des lotissements d’habitat individuel ont été construits à la fin du XX siècle.

La commune est traversée par l’autoroute A 29 dont l’échangeur le plus proche se trouve sur le territoire de la commune voisine de Villers-Bretonneux.

La route départementale 42, reliant Albert à Démuin, traverse la commune. Des routes secondaires relient Marcelcave aux villages voisins.

La commune est traversée par la voie ferrée reliant Amiens à Laon. La gare de Marcelcave est desservie est desservie par des trains régionaux TER Hauts-de-France qui effectuent des missions entre les gares d’Amiens et de Tergnier ou de Laon. En 2009, la fréquentation de la gare était de 121 voyageurs par jour

Marcelcave est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction d’Amiens, dont elle est une commune de la couronne. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[6][7].

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des territoires agricoles (86,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (86,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (86,2 %), zones urbanisées (6,8 %), forêts (6,8 %), zones agricoles hétérogènes (0,1 %).

L’IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIII siècle), la carte d’état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd’hui)[9].

En 1168, le premier nom relevé est Marchiel. Suivront en 1203, Marcellicavea (Marcelli Cavea), et en 1234, Marchellum, formes latinisées. Puis en 1301, Marchel en santhers et en 1633, Marchais suivi en 1648 de Saint Marcel et Marchez (1710).

Marcel-la-Cave est relevé ensuite avec Marche le Cave en 1720 pour aboutir à Marcelcave en 1750.

Une cave spacieuse, traversant tout le village aurait, selon certains, donné son nom à la localité. Un lien avec le dieu romain Mars ou avec saint Marcel est plus vraisemblable[10].

Des pierres polies ont été trouvées sur le territoire communal.

Au lieu-dit Le Chemin d’Ignaucourt, ont été mis au jour les vestiges d’un site occupé de la période de La Tène moyenne/finale (autour de 150 avant notre ère) à l’Antiquité tardive (fin du IV siècle – début du Ve siècle de notre ère).

Ont été retrouvés un système d’enclos curvilignes dont la fonction n’est pas déterminée ainsi que trois groupes de tombes. Chacun des groupes se situant dans une parcelle délimitée par un fossé.

Une tombe se distinguait des autres par les objets qu’elle renfermait : deux chenets en fer à têtes de taureau, deux faisselles en terre cuite, un chaudron en métal avec sa crémaillère et un coffret contenant les restes incinérés du défunt. Il s’agissait là d’une tombe aristocratique comme celles retrouvées ailleurs en Picardie, en Normandie et dans le sud-est de l’Angleterre. Cette tombe a été reconstituée pour être exposée au Musée de Picardie, à Amiens.

Trois autres tombes datées de la fin de la période gauloise contenaient les restes incinérés des défunts. Enfin, une sépulture, d’époque gallo-romaine, enfermée dans un petit coffre de pierre monolithe a été également retrouvée.

Les fouilles archéologiques ont révélé qu’au I siècle de notre ère une organisation des parcelles agricoles quadrangulaires avait été mise en place jusqu’à l’abandon du site. Cette organisation du parcellaire est sans doute liée à la présence d’une villa romaine (grand établissement agricole) qui se trouvait plus au sud. Cette villa prospéra vers la fin du IIe siècle et le III siècle. Des vestiges d’un bâtiment rectangulaire, reposant sur des fondations en craie, ont été mis au jour. Ce bâtiment fut détruit au IVe siècle et fut remplacé par un bâtiment sur poteaux.

Des poteries gallo-romaines ont été trouvées sur le territoire communal. Des traces de trois villas gallo-romaines ont été repérées.

Deux sarcophages mérovingiens ont été découverts en 1921 sur le site contenant les traces de trois villas gallo-romaines. Ces vestiges sont conservés dans le square Pierre-Marie-Saguez à Amiens.

Au XI siècle, la terre de Marcelcave fut donnée à l’abbaye Saint-Jean-des-Prémontrés d’Amiens par Guy de Vignacourt. En 1159, Altelme de Flessicourt fit don de l’église à la même abbaye.

En 1217, l’abbé de Corbie concéda, le fief de la Monnaie consistant en un manoir et 60 journaux de terres au chevalier Baudouin de Bonnay, avec droit de battre monnaie. Au XV siècle, ce manoir appartenait à la famille Hannicque de Corbie.

En 1355 et 1372, Jean de Barbenchon était seigneur de Marchel-en-Santerre. Au XV siècle, la seigneurie passa à la famille de Pas de Feuquières. Marcelcave passa ensuite par mariage à Nicolas de Fontaine[13]. Baugeois de Fontaines est cité comme seigneur de Marcelcave.

En 1636, le village subit de lourdes épreuves : il est ravagé par les Espagnols et la peste sévit. Envoyé par Louis XIII, le comte de Soissons s’installe dans la localité.

Au XVIII siècle, la paroisse de Marcelcave comptait 800 communiants. Le revenu de la cure était de 826 livres en 1728[14].

Depuis la fin du XVI siècle, la seigneurie de Marcelcave avait pour titulaire la famille d’Aumale, branche d’Haucourt, branche protestante de la famille d’Aumale, qui la conserva jusqu’à Suzanne d’Aumale, épouse de Frédéric de Schomberg (1615-1690), maréchal de France en 1675.

Après la mort de la maréchale de Schomberg, ses héritiers vendent en 1708 la seigneurie de Marcelcave à Pierre du Fresne, seigneur de La Motte en Santerre, commissaire et receveur général aux saisies réelles du Bailliage d’Amiens (1656-1729). Marié en 1679 avec Catherine Fournier, Pierre du Fresne a pour successeur à Marcelcave, son fils, Alexandre du Fresne, conseiller-secrétaire du Roi, maire d’Amiens en 1749 (1692-1763), marié en 1718 avec Marie-Françoise Morel.

Les du Fresne font édifier après leur acquisition le château de Marcelcave, en brique et pierre, un étage sur rez-de-chaussée, comportant un corps de logis prolongé à chacune de ses extrémités par une aile en retour, celle de gauche peu saillante, celle de droite assez longue et formant comme un second logis.

Sur la gauche, se trouvait une cour de dépendances comportant un colombier entouré de communs.

À Alexandre du Fresne, succède son fils aîné, Pierre François du Fresne, lieutenant général au Bailliage d’Amiens, mort en 1794 sans postérité, puis le neveu de celui-ci, Charles Firmin Alexandre du Fresne de Beaucourt, conseiller au Bailliage d’Amiens, puis maire de Marcelcave (1761-1846).

En 1801, l’église et 78 maisons du village furent ravagées par un incendie.

En 1820, Charles Firmin Alexandre du Fresne de Beaucourt, maire de Marcelcave (1761-1846), vend le domaine de Marcelcave à Omer Jérosme, négociant à Amiens, dont la descendance conserve le château jusqu’à sa destruction.

En 1847, la famille Jérosme fit installer face au château de Marcelcave l’ancienne grille du potager du château d’Heilly, beau travail exécuté dans les années 1770 par le ferronnier d’art Jean Veyren, dit Le Vivarais.

En 1867, la ligne de chemin de fer d’Amiens à Laon est mise en service avec création de la gare de Marcelcave, qui facilite le déplacement des habitants et le développement économique.

À la fin du XIX siècle, l’industrie de la bonneterie (fabrication de bas, chaussettes, tricots, gilets de chasse…) employait la moitié de la population active de la commune. Une fabrique de sucre employait une centaine d’ouvriers de novembre à décembre. En outre, étaient en activité : une carrière d’argile, deux carrières de craie et une carrière de silex[1].

Tout au long du XIX siècle, la commune connut une croissance démographique qui culmina en 1891 avec 1698 habitants.

En 1905, année de l’installation de l’eau courante dans le village, un jet d’eau est installé dans le petit parc public qui se situait à l’emplacement de l’actuel monument aux morts. Le bourg était alors animé par de cafés, le jeu de longue paume installé sur la place et surtout la “Clique de Marcelcave”, une société de musique où jouaient de nombreux ouvriers de l’usine Tonnel.

Pendant la Première Guerre mondiale, la commune était située à l’arrière du front. Il existait à Marcelcave un hôpital militaire et un dépôt de munitions et de matériels militaires.

Pendant la Bataille de la Somme, en 1916, l’église, le château, les usines (textile et sucrerie) et la grande majorité des habitations sont détruits.

Les Alliés ont installé à Marcelcave un hôpital militaire, le H.O.E. 13, composé de baraquements en bois; un très important complexe militaire avait également été édifié (dépôts de vivre, de munitions, d’artillerie, … ainsi que réseau ferroviaire).

En 1918, au cours de l’opération Michael, dernière grand offensive allemande, Marcelcave est occupée par l’armée allemande. Le village n’est repris par les troupes canadiennes que le . La rue des Canadiens rappelle leur rôle dans cette libération du village.

Le village, le château, l’église ayant été détruits au cours de la Grande Guerre, la reconstruction s’effectue dans les années 1920 et 1930. Le château n’a pas été reconstruit.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le village est libéré le 1944.

Marcelcave connait un déclin démographique jusque 1990 date à laquelle la commune n’a plus que 893 habitants. Ce déclin est dû principalement à la désindustrialisation qui vit la disparition des entreprises textiles de la commune.

À partir du début du siècle, le déclin démographique semble s’enrayer. La reprise de la croissance de la population est constatée lors du recensement de 1999 avec 977 habitants, et se poursuit depuis sans discontinuer.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[26].

En 2019, la commune comptait 1 263 habitants, en augmentation de 13,07 % par rapport à 2013 (Somme : −0,2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

L’école primaire communale comprend une école maternelle et une école élémentaire. Au total, sept classes accueillent 170 élèves.

Le collège public du secteur se trouve à Villers-Bretonneux (collège Jacques-Brel).

L’activité industrielle de la commune a totalement disparu. Le village dispose d’un tissu commercial et artisanal de proximité.

Noms jetés des villageois : pour leurs tenues excentriques et colorées les habitants étaient affublés du surnom collectif « chés djais d’Marché » (les geais de Marché).

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Marcelcave changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>