Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Marle

Faites votre demande de carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Choisissez votre démarche ci-dessous pour obtenir votre prix en ligne

Changement de titulaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de titulaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Marle

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Marle , est le même dans toute les villes Aisne , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Marle changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE MARLE

Marle est une commune de France située dans le département de l’Aisne, en région Hauts-de-France.

Marle, petite ville du grand Laonnois à 25 km au nord-est du centre de Laon, porte de la Thiérache, est établie sur un haut plateau surplombant la vallée traversée par deux rivières : la Serre et le Vilpion. Le sol du Marlois est composé par de la craie blanche (marne) sur lequel s’étend une couche de limon jaune (diluvium) formant un sol arable de première qualité.

Marle est desservie par la voie ferrée de Laon à Hirson avec neuf trains par jour.

Marle est une commune rurale,. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l’Insee[2][3]. Elle appartient à l’unité urbaine de Marle, une unité urbaine monocommunale de 2 268 habitants en 2017, constituant une ville isolée[5][6]. La commune est en outre hors attraction des villes,.

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des territoires agricoles (83,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (85,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (77,3 %), zones urbanisées (9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (7,8 %), prairies (4,8 %), zones agricoles hétérogènes (1,2 %).

L’IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIII siècle), la carte d’état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd’hui)[10].

Le nom du bourg apparaît pour la première fois en 1112 sous l’appellation latine de Castellum Marna ce qui montre qu’un château existait déjà au XIIè siècle. L’orthographe évoluera encore Marla dans un cartulaire de l’abbaye de Bucilly, puis Malla, Marle-en-Thiérache, Beata-Maria-de-Marla en 1340, Marle-en-Picardie en 1610, puis l’appellation actuelle Marle vers 1750 sur la carte de Cassini .
Marle doit représenter un *margila, dérivé du nom celtique marga qui se trouve dans Pline ” quod genus terræ Galli et Brittani vocant margam [12]. Ce terme celtique signifie ‘marne, glaise’.

La ville est appelée localement Marle-sur-Serre

La carte de Cassini montre qu’au XVIIIe siècle, Marle est une ville fortifiée située sur la rive gauche la Serre.
Le Fauxbourg Saint Martin au sud-ouest et le Fauxbourg Saint Nicolas au nord-est rappellent que la paroisse possédait deux églises sous ces vocables.
Les trois Tuilerie représentaient des fermes. La mention Poste indique que Marle possédait un relais de poste aux chevaux. Le bâtiment existe encore de nos jours et a été classé monument historique en 1933[13]. Le moulin sur la Serre, dont les vestiges sont encore présents près du musée, est représenté.
Au sud, la Tombelle était un hameau avec un château qui s’est appelé Toumella, Tonnella, Tommelia, en 1256 dans un cartulaire de l’abbaye de Foigny, etc.. C’est une ferme aujourd’hui.

Au nord-est, Haudreville était une ferme dont le nom apparaît pour la première fois en 1154 sous le nom de Alte-Sancti-Martini-de-Hudivilla. L’appellation variera ensuite de nombreuses fois. Le prieuré et la ferme Saint-Nicolas de Haudreville furent construits en 1111 par l’abbaye de Fesmy et dépendaient de la communauté de Behaine. C’est un hameau de nos jours.
Tout au nord du terroir de la commune, Behaine qui était autrefois une paroisse avec une église, est mentionnée en 1137 sous l’appellation de Alodium Bethaniœpuis Paroisse Saint-Hubert-de-Behagne en 1643[16].

Le bourg a été pillé et incendié par les Anglais en 1339 et en 1525, assiégé entre temps par Charles VII en 1441. La ville a été saccagée par les Espagnols en 1650. Marle, autrefois nommé Malain ou Male avec une forte accentuation de la première et longue syllabe ma, était autrefois une bonne ville c’est-à-dire une ville fortifiée ceinte de remparts, défendant le pays. Marle a été rattachée au domaine royal français en 1607. Il ne faut pas oublier, comme le montrent ses armoiries récentes, que Marle est le nom d’une ancienne seigneurie érigée en comté en 1413 pour Robert de Bar, qui appartint successivement aux Maisons de Coucy, Bar, Luxembourg-Saint-Pol, Bourbon-Vendôme et Mazarin. La haute ville en était le centre politique et religieux de la région. La Serre dont le comté contrôlait les pontenages et les gués était ainsi nommée la rivière de Marle.

Composée de trois quartiers, la Haute Ville, le Grand Faubourg (la Neuville sous Marle) et le faubourg de Laon, la ville est chef-lieu de canton de l’Aisne dans l’arrondissement de Laon après la Révolution. Plusieurs hameaux et fermes sont rattachés à Marle : Haudreville, ancien prieuré et domaine agricole important de l’abbaye de Fesmy, Behaine connue déjà en 1137, la Tombelle, maison seigneuriale importante.

Dépassant haut la main 1 800 habitants dans les années 1860, la ville accueillait des tanneries et des fabriques de toile et de sucre actives. Ses foires et marchés était renommés pour le commerce de laine et de grains[17].

La commune de Marle est membre de la communauté de communes du Pays de la Serre, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Crécy-sur-Serre. Ce dernier est par ailleurs membre d’autres groupements intercommunaux.

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l’arrondissement de Laon, au département de l’Aisne et à la région Hauts-de-France. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Marle pour l’élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[20], et de la troisième circonscription de l’Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[30].

En 2019, la commune comptait 2 235 habitants, en diminution de 4,12 % par rapport à 2013 (Aisne : −1,61 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Ancienne mairie située près de l’église jusqu’en 1921, elle fut déplacée sur la place de la motte pour dégager l’église et créer la place du monument aux morts de la guerre 1914-1918. Bâtie en 1628, l’immeuble avait un certain caractère architectural, on y admirait un beau fronton de style Louis XIII. Ce fut Jean Pierre Faucheux qui donna cette maison à la ville. Une inscription rappelait ce don « monsieur Jean Pierre Faucheux, échevin, demeurant au grenier à sel a fait construire le dit hôtel de ville en 1739 ». Il faut prendre ici le terme de construire dans le sens d’agrandir ou de réparer puisque l’immeuble existait depuis longtemps. Cette belle maison fut démolie, seule une partie de sa façade fut replacée, place de la motte, sur le bâtiment des pompes du corps de sapeurs pompiers.

Ancienne salle de justice de paix fut construite en 1851. Le maire de l’époque, M. Desains fit prendre le par le conseil municipal une délibération pour la construction d’un prétoire pour la justice de paix à édifier sur l’emplacement du grenier à sel, par suite du déplacement de la maison de ville après la 1 guerre mondiale. La partie basse de cet immeuble fut utilisée par la suite pour la mairie actuelle (salle des mariages et du conseil plus des bureaux attenants). La partie haute servit longtemps de salle des fêtes. Cet endroit s’appelait auparavant place du Grenier-à-sel, place du Marché-aux-chevaux ensuite et enfin place François-Mitterrand. On peut également supposer que l’ancienne halle médiévale brûlée par les Espagnols au XVIIe siècle se trouvait à cet endroit. Lors des derniers travaux de rénovation de la place, un puits imposant fut découvert.

Au Moyen Âge, les lépreux étaient isolés à la « maladrye » ou « maladrerie » à l’extrémité du faubourg Saint-Martin (après le nouveau cimetière paysager). Cet établissement fut fondé vers 1250 par Enguerrand IV de Coucy. Par lettres patentes de Louis XIV en février 1697, cette léproserie fut jointe à l’hôtel-Dieu tenu par les « filles dévotes de Saint-Benoîte » rue du château en 1702. Le conseil municipal prit le sur l’initiative de M. Desains, maire et médecin de l’hôtel Dieu, une délibération donnant un avis favorable pour la construction d’urgence d’un nouvel établissement sur l’emplacement de terrains à acquérir en dehors de l’ancienne ville. C’est la maison de retraite actuelle, agrandie et humanisée, plus tard, sous les mandats de Paul Brucelle et Pierre Touron.

Construction décidée en 1969, rue René-Toffin, l’ensemble Jean-Mermoz est composée au rez-de-chaussée d’un bâtiment abritant la caserne de sapeurs pompiers, de la salle du club de judo, d’une salle de réunion appelée Pierre-Brasseur et de plusieurs pièces réservées au service de la protection maternelle et infantile. À l’étage, se trouve la grande salle des fêtes de la commune appelée salle Simone-Signoret et ses dépendances (cuisine, vestiaires…) ainsi qu’une petite salle de réunion dénommée salle Louis-Jouvet. Elle fut inaugurée le par Paul Brucelle, maire de Marle et son conseil municipal en présence du député de la circonscription Robert Aumont et du conseiller général du canton de Marle, Henry Loncq. (voir photographie de l’inauguration)

Le Moulin de la plaine était initialement une meunerie. Il a été bâti en 1797 par Armand Vinchon, ancien meunier à Cilly. À la fin du XVIII siècle, il comportait deux roues, une de chaque côté de la rivière. En 1838, une demande d’autorisation a été déposée pour le transformer en une seule roue. C’est alors qu’un règlement d’eau a été instauré. Il s’est ensuite développé jusqu’en 1914. Placé en faillite vers les années 1920, racheté en 1925 aux enchères publiques, il a été revendu un an après à la SA « les grands moulins de MARLE » et est devenu le plus important moulin de l’Aisne avec une production de plus de 400 000 quintaux. Fin 1946, une turbine Kaplan a été installée grâce aux financements offerts par le plan Marshall (plan américain d’aide économique à l’Europe). En 1966, cet établissement est devenu propriété de la société immobilière des grands moulins de Marle puis a été revendu à plusieurs particuliers dont l’un possédant la turbine vend l’électricité produite à EDF. Il appartient au patrimoine industriel de la commune.

La piscine municipale fut construite en 1964. À la suite de nombreux problèmes de fuites, les deux bassins sont restaurés à partir de 2022. La piscine est alors baptisée Sébastien Cauet[34], du nom de l’animateur vedette originaire de la commune.

Dans la collection Monographies des villes et villages de France de Micberth :

Collection histoires locales

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Marle changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>