Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Momères

Passer votre commande de carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Sélectionner votre démarche ci-dessous pour obtenir votre prix en ligne

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez vendu votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de titulaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez vendu votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Momères

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Momères , est le même dans toute les villes Hautes-Pyrénées , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Momères changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE MOMÈRES

Momères est une commune française située dans le centre du département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie. Sur le plan historique et culturel, la commune est dans l’ancien comté de Bigorre, comté historique des Pyrénées françaises et de Gascogne.

Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par l’Adour, la Gespe et par divers autres petits cours d’eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable : un site Natura 2000 (la « vallée de l’Adour »), un espace protégé (l’« Adour et affluents ») et deux zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique.

Momères est une commune urbaine qui compte 744 habitants en 2019, après avoir connu une forte hausse de la population depuis 1962. Elle est dans l’agglomération de Tarbes et fait partie de l’aire d’attraction de Tarbes. Ses habitants sont appelés les Momèriens ou Momèriennes.

La commune de Momères se trouve dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Elle se situe à 6 km à vol d’oiseau de Tarbes, préfecture du département, et à 3 km de Barbazan-Debat[2], bureau centralisateur du canton du Moyen Adour dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Tarbes[I 1].

Les communes les plus proches sont[3] : Salles-Adour (1,0 km), Horgues (1,2 km), Saint-Martin (1,9 km), Bernac-Debat (1,9 km), Arcizac-Adour (2,5 km), Allier (2,6 km), Bernac-Dessus (2,8 km), Barbazan-Debat (3,0 km).

Sur le plan historique et culturel, Momères fait partie de l’ancien comté de Bigorre, comté historique des Pyrénées françaises et de Gascogne créé au IX siècle puis rattaché au domaine royal en 1302, inclus ensuite au comté de Foix en 1425 puis une nouvelle fois rattaché au royaume de France en 1607. La commune est dans le pays de Tarbes et de la Haute Bigorre[4].

La commune est dans le bassin de l’Adour, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne. Elle est drainée par l’Adour, la Gespe, un bras de l’Adour bras de la gespe et par divers petits cours d’eau, constituant un réseau hydrographique de 5 km de longueur totale[7][Carte 1].

L’Adour, d’une longueur totale de 308,8 km, se forme dans la vallée de Campan en Haute-Bigorre de la réunion de trois torrents : l’Adour de Payolle, l’Adour de Gripp et l’Adour de Lesponne et s’écoule vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans le golfe de Gascogne à Anglet, après avoir traversé 118 communes.

Le climat est tempéré de type océanique, dû à l’influence proche de l’océan Atlantique situé à peu près 150 km plus à l’ouest. La proximité des Pyrénées fait que la commune profite d’un effet de foehn, il peut aussi y neiger en hiver, même si cela reste inhabituel.

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée,. Dans ce cadre, la commune fait partie[12]. Un espace protégé est présent sur la commune : l’« Adour et affluents », objet d’un arrêté de protection de biotope, d’une superficie de 215,8 ha.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS). Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : la « vallée de l’Adour »[15], d’une superficie de 2 694 ha, un espace où les habitats terrestres et aquatiques abritent une flore et une faune remarquable et diversifiée, avec la présence de la Loutre et de la Cistude d’Europe.

L’inventaire des zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1 est recensée sur la commune[17] : « l’Adour, de Bagnères à Barcelonne-du-Gers » (2 786 ha), couvrant 59 communes dont 18 dans le Gers, une dans les Landes et 40 dans les Hautes-Pyrénées et une ZNIEFF de type 2[Note 4][17] : l’« Adour et milieux annexes » (3 634 ha), couvrant 60 communes dont 18 dans le Gers, une dans les Landes et 41 dans les Hautes-Pyrénées.

Momères est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,. Elle appartient à l’unité urbaine de Tarbes, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[I 3] et 78 594 habitants en 2018, dont elle est une commune de la banlieue,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Tarbes dont elle est une commune de la couronne. Cette aire, qui regroupe 153 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[I 6][I 7].

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des territoires agricoles (73 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (82,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (50,9 %), zones urbanisées (27 %), prairies (22,1 %).

L’IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIII siècle), la carte d’état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd’hui)[Carte 2].

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 293.
Parmi ces logements, 91.4  % sont des résidences principales, 1.1  % des résidences secondaires et 7.5  % des logements vacants.

Cette commune est desservie par la route départementale D 935 et par la route départementale D 16.

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Nom occitan : Momèras.

Il est difficile d’établir sur des bases solides et même sur des documents précis l’étymologie du nom de la commune. Il est permis cependant, étant donné le caractère de la population, de supposer une étymologie rationnelle. Le nom de Momères pourrait bien avoir pour origine Momerie. Cette hypothèse semble puiser un certain crédit dans le fait que la commune actuelle était autrefois, en partie, propriété d’un couvent de bénédictines, dont chaque habitant recevait toutes les semaines trois petites miches. De là vient sans doute l’origine du surnom dont on a gratifié les Momériens « croque michetas de Momères ». Quoi qu’il en soit, c’était là une condition qui devait imposer aux habitants certains devoirs religieux rigoureusement remplis, ces devoirs n’eussent-ils pas été tout à fait à leur goût. De ces dehors obligés à l’idée de Momerie, il n’y a qu’un pas, et ce pas a dû être vite franchi dans un pays où la raillerie est peut-être le principal caractère de la population.

L’existence du couvent des bénédictines rappelle une légende très vague comme tout ce qui est légende. On parle d’un combat que le prieur du couvent, à la tête des Momériens, aurait livré à un ennemi qui serait venu l’attaquer. Quel était cet ennemi, quelle est la date du combat, on n’en sait absolument rien. Quelque éloignée que soit déjà de nous cette lamentable époque, les événements qu’elle a vu s’accomplir appartiennent à l’histoire. Il faut évidemment remonter plus haut et atteindre les incursions des Sarrasins, du moins les luttes qu’on avait l’habitude de se livrer entre voisins puissants dans les cours du XII siècle ou la présence des Anglais dans le pays pendant la guerre de Cent Ans.

Le prieuré fut établi au XII siècle à Momères par les Dames de Fontevrault, ordre placé sous les règles de l’ancien chevalier-croisé Robert d’Arbrissel. Et l’on sait que Pétronille, comtesse de Bigorre de 1191 à 1253 fut l’un de ses plus ardents soutiens. Ce prieuré eut à souffrir des guerres de religion et ses titres furent malheureusement brûlés en 1569 par les troupes de Montgomery. Il resta cependant actif jusqu’à la Révolution.

Il s’agit également du village natal de Monseigneur Dominique Peyramale, curé de Lourdes dont le père et le frère furent médecins de la commune.

Bernadette Soubirous y séjourna du lundi au samedi , avant son départ pour Nevers. Ce sont les seules et uniques vacances de sa vie. Ce séjour, aux dires de sa cousine Jeanne védère, institutrice de l’école des filles, restera pour elle « une oasis de bonheur ». Chaque jour, elle priait devant la Vierge en bois polychrome de l’église paroissiale, datant de l’époque des Dames de Frontevrault. 

Le plan cadastral napoléonien de Momères est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées.

Pays et sénéchaussée de Bigorre, quarteron de Tarbes, canton de Tarbes (1790), Tarbes-Sud (1801), de Séméac (1973), de Laloubère (1982).

Momères appartient à la Communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées créée en et qui réunit 86 communes.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[29].

En 2019, la commune comptait 744 habitants, en augmentation de 4,06 % par rapport à 2013 (Hautes-Pyrénées : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

La commune dépend de l’académie de Toulouse. Elle dispose d’une école en 2017.

En 2018, la commune compte 312 ménages fiscaux, regroupant 775 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 24 130 [I 9] (20 420  dans le département).

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s’élève à 429 personnes, parmi lesquelles on compte 79,3 % d’actifs (75 % ayant un emploi et 4,3 % de chômeurs) et 20,7 % d’inactifs,. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune fait partie de la couronne de l’aire d’attraction de Tarbes, du fait qu’au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle,. Elle compte 71 emplois en 2018, contre 75 en 2013 et 71 en 2008. Le nombre d’actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 329, soit un indicateur de concentration d’emploi de 21,5 % et un taux d’activité parmi les 15 ans ou plus de 56,5 %[I 15].

Sur ces 329 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 35 travaillent dans la commune, soit 11 % des habitants. Pour se rendre au travail, 92,5 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 0,6 % les transports en commun, 4,3 % s’y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 2,5 % n’ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 17].

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Momères changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>