Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Plouégat-Guérand

Commander votre carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Choisissez votre démarche ci-dessous pour obtenir votre tarif en ligne

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez vendu votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Plouégat-Guérand

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Plouégat-Guérand , est le même dans toute les villes Finistère , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Plouégat-Guérand changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE PLOUÉGAT-GUÉRAND

Plouégat-Guérand [pluegat gerɑ̃] (en breton : Plegad-Gwerann) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Plouégat-Guérand se situe dans le nord-est du Finistère, en Trégor, et est limitrophe du département des Côtes-d’Armor. Elle fait partie de l’arrondissement de Morlaix et du canton de Plouigneau, et se trouve sur le territoire communautaire de Morlaix Communauté.

Plouégat-Guérand fait partie historiquement du Trégor finistérien.

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de communes :

Le finage communal forme un plateau en pente notable, incliné vers le nord : les altitudes les plus élevées sont dans la partie sud-est de la commune (141 mètres au nord-ouest de Voasven, 140 mètres près de Kerebars) et s’abaissent vers l’ouest (120 mètres aux alentours de Kerelcun) et surtout vers le nord, s’abaissant jusqu’à une trentaine de mètres près de Porz Cadiou et même 14 mètres près du manoir de Goasmelquin et à 3 mètres seulement en aval de Pont Menou, dans la vallée du Douron. Les altitudes remontent toutefois dans l’extrême-nord du territoire communal, au-delà de la vallée d’un petit affluent de rive gauche du Douron, jusqu’à 79 mètres à la limite nord de la commune, au nord de Corvez. Le bourg est vers 80 mètres d’altitude.

La commune est séparée de Plouigneau au sud-ouest par le fleuve côtier Dourduff et côté Est des communes voisines costarmoricaines de Plestin-les-Grèves et Trémel par le Douron, un autre fleuve côtier, dont la vallée est encaissée d’environ 80 mètres par rapport au plateau avoisinant, pour sa partie située entre son entrée sur le territoire communal et Toul ar Hoat ; ces deux cours d’eau coulent vers la Manche, le premier cité se jetant dans la Rivière de Morlaix, le second dans la Baie de Lannion.

La commune présente un paysage rural traditionnel de bocage avec un habitat dispersé en écarts formés de hameaux (“villages”) et fermes isolées. Le bourg est en position relativement centrale au sein du territoire communal ; il était traditionnellement de faible importance, mais a grossi dans les dernières décennies du XX siècle et les premières du XXIe siècle en raison de la création de lotissements, principalement situés au sud-ouest du bourg ancien. Le reste de la commune est préservé de la rurbanisation et de la périurbanisation, sauf au sud de Pont Menou, qui est le hameau principal, à la limite des Côtes-d’Armor.

La toponymie de certains écarts rappelle l’importance par le passé des domaines congéables, dits aussi “convenants” (Convenant Gentil, Convenant Run ar Ber, Convenant Jouannet, Convenant Ropars, etc..).

La route nationale 12 passe dans la commune voisine de Plouigneau, où se trouve l’échangeur de Kerdilès, d’où la commune est facilement joignable via la route départementale 64, qui passe à proximité du bourg avant de rejoindre Lanmeur. Le nord de la commune est également desservi par l’axe Morlaix-Lannion (D 786, ancienne Route nationale 786).

La commune est desservie par trois lignes scolaires Linéotim (transports de bus de Morlaix Communauté) :

La gare TER la plus proche est celle de Plouigneau et la gare TGV la plus proche est celle de Morlaix.

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l’Atlantique), répartie tout au long de l’année avec un léger maximum d’octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l’encadré ci-après.

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l’Énergie et du Climat complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lanmeur », sur la commune de Lanmeur, mise en service en 1982 et qui se trouve à 5 km à vol d’oiseau[8][Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,5 °C et la hauteur de précipitations de 984,9 mm pour la période 1981-2010. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Landivisiau », sur la commune de Saint-Servais, mise en service en 1966 et à 37 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000, à 11,2 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,5 °C pour 1991-2020.

Plouégat-Guérand est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Morlaix, dont elle est une commune de la couronne. Cette aire, qui regroupe 24 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[17][18].

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des territoires agricoles (80,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (82,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (40,8 %), terres arables (39,4 %), forêts (15,2 %), zones urbanisées (3,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,5 %), prairies (0,2 %).

L’IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIII siècle), la carte d’état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd’hui)[20].

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ploegat Gallon en 1473,

Ploegat, du breton plou et le nom du saint breton Egat, assimilé à saint Agapet[22] ; il pourrait aussi s’agir de saint Ergat.

Guérand, du nom d’une seigneurie; Vallon, Gazvallon en 1330, Gouezrant en 1543.

Plegad-Gwerann en breton.

Deux mottes féodales sont recensées dans la commune, l’une est située à Kergallon, l’autre à l’est de Porzmeur, au sud du bourg, près de la route allant vers Plouigneau.

Le manoir de Kerhallon appartint à l’origine à la famille Goallon et en a conservé le nom quelque peu contracté. Il a aussi donné son nom originel à la paroisse qui se dénommait Plougat-Kergoallon, avant que son nom ne devienne Plouégat-Guerrand après l’érection de la seigneurie de Guerrand en marquisat. La branche aînée de la famille Goallon disparut dès le XIV siècle et le manoir devint la propriété d’Even Charruel, avant de passer aux mains de la famille de Penhoat (par exemple Alain de Penhoat était seigneur de Kergoallon en 1500), puis de la famille Groesquer à la suite du mariage vers 1580 d’Aliette de Penhoat avec Jean de Groesquer, originaire de Pédernec. En 1988, le manoir fut vendu à l’abbé Constantin de Montriou, conseiller au Parlement de Bretagne ; l’acte de vente indique que la seigneurie de Kerhallon, qui s’étendait sur les paroisses de Plouégat-Goallon, Plestin et Trémel sa trève, Lanmeur et Locquirec sa trève, Guimaëc et Plougasnou, bénéficiait d’un droit de péage sur le pont franchissant le Douron au Pont-Haouël, de droit de pêcher le saumon dans la rivière d’Ouff (nom que portait alors le Douron) « en faisant lever les écluses de 17 moulins, depuis celui d’Ancremel jusqu’à la mer » et possédait plusieurs convenants. La seigneurie disposait aussi du droit de haute justice, ses piliers de justice étant situés au sommet de la lande escarpée de Lanvizinec et, dans l’église paroissiale, de la chapelle Sainte-Anne, « située du côté de l’Évangile » ; par contre la chapelle domestique du manoir était déjà ruinée. En 1738, un membre de la famille Groesquer en est à nouveau propriétaire (Auguste-François de Groesquer, lequel prit part à la conspiration de Pontcallec et fut condamné à mort par contumace ; ensuite amnistié, il décéda en 1757 et la terre de Kerhallon fut alors achetée par le marquis de Locmaria et devint une annexe de la seigneurie de Guerrand)[24]. Cet ancien manoir a presque totalement disparu de nos jours même si quelques murs subsistent ou du moins subsistaient en 1932 selon Louis Le Guennec.

Guerrand fut le siège d’une seigneurie importante dont l’existence est attestée en 1351 : Yves Charruel (ou Even Charuel), capitaine de Morlaix, qui lors de la Guerre de succession de Bretagne soutint Charles de Blois et participa au combat des Trente, était seigneur de Guerlesquin et de Guerrand. La seigneurie appartint ensuite successivement aux familles Penhoet, Boiséon et du Parc.

Selon Jean-Baptiste Ogée « le château de Guerrand appartenait en 1480 à Jean Duparc, seigneur de Locmaria [Locmaria], qui (…) fit fermer le parc de ce château, qui est d’une étendue immense. En 1592, le célèbre brigand Guy Éder de La Fontenelle s’empara du château de Guerrand. Louis XIII, voulant récompenser Vincent Duparc de Locmaria des services qu’il lui avait rendu, érigea cette seigneurie en marquisat, par lettres patentes données au mois de mars 1637 (…) en faveur de ce seigneur qui était enseigne dans la Compagnie des Gendarmes [capitaine de la garde des mousquetaires] du cardinal de Richelieu au siège de La Rochelle et pendant les Guerres d’Allemagne. Il avait épousé Claude de Névet ; il présida par élection aux États de Bretagne assemblés à Fougères le . (…) En 1680, ce marquisat appartenait à Louis-François Duparc[Note 9], marquis de Locmaria, maréchal des camps et armées du Roi (…) ». La seigneurie disposait du droit de haute justice et le marquis de Locmaria possédait aussi des terres de Kerallon et du Ponthou, y disposant aussi du droit de haute justice.

Lorsque débute la Révolution française, la seigneurie est aux mains de Jacques Quemper de Lanascol, qui émigre en Angleterre. Vendu comme bien national à un marchand de Morlaix, Jean François Pezron, le château tombe en ruine et est rasé en 1840[28].

Un nouveau château de Guerrand fut construit en 1902, mais incendié en 1940. Le nom a été repris par une simple ferme faisant chambre d’hôtes.

Cette commune est connue pour des faits liés à la Révolte des Bonnets rouges en 1675.

Le marquis de Guerrand aurait été, selon la légende, « une sorte de dom Juan impérieux, débauché, sanguinaire, faisant l’amour l’épée au poing et la menace à la bouche. Sa rencontre était redoutée à l’égal de celle d’une bête fauve ». Guillaume Lejean a narré en 1846 dans sa “Notice sur Plouégat-Guerrand” quelques-uns des tristes exploits attribués au marquis qui habitait l’imposant château de Guerrand à une date indéterminée. De nombreuses gwerz ont chanté ses “exploits” ; l’une (gwerz du marquis de Guerrand) a été traduite en français et retranscrite par Émile Souvestre en 1836. Selon Théodore Hersart de La Villemarqué, le marquis concerné serait Louis-François du Parc[Note 9], marquis de Locmaria et fils de Vincent du Parc et de Claude de Névet, mais Louis Le Guennec pense plutôt qu’il s’agissait de Vincent du Parc lui-même[31].

Le marquis de Guerrand, mort en 1669, dans son testament, légua une rente de 700 livres à verser annuellement pour la construction et l’entretien, dans le bourg de Plouégat, « d’un hôpital pour 10 à 12 pauvres, avec une gouvernante et un chapelain » ; cet hôpital fonctionnait en 1673 et jusqu’à la Révolution française, au cours de laquelle il fut vendu.

Le manoir de Goasmelquin fut la propriété de la famille de Goudelin (par exemple François de Goudelin au XVIIe siècle), puis à partir de 1704 de la famille de Kersauson en raison du mariage le à Morlaix, de Marie Françoise de Goudelin avec Henri Louis de Kersauson. Une chapelle privée, ayant un clocheton à dôme, dédiée à sainte Barbe, date du XVIIIe siècle.

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Ploagat-Goirand [Plouégat-Guérand] de fournir 25 hommes et de payer 164 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne ».

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Plouégat-Guérand en 1778 :

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Plouégat-Gallon.

Le château de Guerrand est vendu en 1793 comme bien national à Jean François Pezron, dont la fille Marie Victoire épousa Jean Swiney[Note 14], originaire de Cork (Irlande), un capitaine négociant établi à Morlaix ; un de leurs fils Gustave Swiney fut maire de Plouégat-Guérand et député.

L’épidémie de choléra survenue dans le Finistère en 1832-1833 fit 95 morts à Plouégat-Guérand.

Selon une inscription dans l’église paroissiale de Guimiliau, saint Laurent attirait dans sa chapelle de Saint-Laurent-du-Pouldour des foules de rhumatisants ; ils faisaient le tour du cimetière à genoux, rampaient sous l’autel dans une sorte de four, se frottaient le visage et les mains contre sa statue, puis procédaient à des ablutions, vêtus d’un pagne ou d’une chemise, sous la cascade jaillissant de la fontaine surélevée (toujours en place) ; les hommes se trempaient à certaines heures, les femmes à d’autres, ainsi qu’en témoignent des photos, mais le clergé, lassé par certaines scènes scabreuses, fit démolir la chapelle à la fin du XIXe siècle ; outre la fontaine, une croix celtique a subsisté.

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d’Ogée, décrivent ainsi Plouégat-Guérand en 1853 :

Le hameau de Pont-Menou devint, sous l’influence de Guillaume Le Coat, un pasteur originaire de Trémel (il revendique en 1875 21 conversions au protestantisme dans ce hameau), un centre protestant : en 1877, il acquiert une vieille forge dans le village, et en lui adjoignant deux maisons voisines, aménage un temple-école avec une maison d’habitation pour l’instituteur-évangéliste. L’école ouvrit en 1879 et un couple d’instituteurs protestants venus du Béarn, Médard Harrioo-Chou et son épouse, la prirent en charge en 1883 jusqu’en 1896, date à laquelle ils partirent s’occuper de l’école protestante de Trémel. L’école de Pont-Menou eut jusqu’à une cinquantaine d’élèves en 1888 (38 en 1912), la majeure partie d’entre eux étant catholiques ; les familles rurales de Pont-Menou et des environs bravaient les foudres des recteurs de Plestin et de Plouégat-Guerrand en confiant leurs enfants aux maîtres d’écoles protestants, en raison de l’éloignement par rapport à ces deux bourgs. Cette école fut remplacée par une école laïque de hameau entre les deux Guerres mondiales[40]. Cette école de hameau a fermé en 1984.

Louis Le Guennec décrit ainsi le village de Pont-Menou au début du XX siècle : « Le village de Pont-Menou d’un aspect curieusement vétusté. Ses logis délabrés, ses masures, ses pignons ébréchés et vêtus de lierre s’étaient en désordre des deux côtés du chemin taillé dans le roc. Il y avait là, jadis, une léproserie et une chapelle dédiée à Sainte Marguerite, qu’à remplacé un petit oratoire moderne (…). L’ancienne foire de Sainte-Marguerite était si considérable que, dans l’évêché de Tréguier, le mois de juillet n’était connu que sous le nom de « Miz foar Pont-Menou » (“Mois de la foire de Pont-Menou”) »[42].

Le tronçon Plouezoc’h – Plestin-les-Grèves de la ligne ferroviaire à voie métrique des Chemins de fer armoricains ouvre en juillet 1913, desservant des gares intermédiaires à Lanmeur et Plouégat-Guérand et permettant de relier Morlaix à Lannion grâce aux autres lignes existantes. Le tracé de la ligne par Plouégat-Guérand était demandé localement dès 1902. L’exploitation de la ligne est reprise en 1926 par les Chemins de fer départementaux du Finistère, mais, non rentable elle ferme dès le .

Le monument aux morts de Plouégat-Guérand porte les noms de 72 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux 5 au moins sont morts en Belgique dont 4 dès 1914 (Henri et Jean Pouliquen ainsi que Guillamume Morellec dès le lors des combats de Maissin et Pierre Geffroy en octobre 1914 à Dixmude lors de la bataille de l’Yser); 1 est mort en Grèce (François Le Deunf) en 1917 lors de l’expédition de Salonique ; deux au moins sont des marins morts en mer (Jean Péron à bord du croiseur cuirassé Amiral Charner torpillé le par un sous-marin allemand et Jacques Billien à bord du Doxa, un torpilleur grec saisi par la France et coulé dans le détroit de Messine le ) ; la plupart des autres sont morts sur le sol français à l’exception d’Yves Roudaut décédé en Allemagne alors qu’il était prisonnier de guerre.

Le monument aux morts de Plouégat-Guérand porte les noms de 6 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale.

Deux maquis s’organisèrent près du village de Saint-Laurent en Plouégat-Guérand dans le site boisé et encaissé de la vallée du Douron : l’un, créé en , sur le versant est de la vallée, fut un maquis FTP, organisé par Pierre Lagadou, dit capitaine Jules et André Le Men, dit Victor autour initialement de la ferme de Coat Chanus[46]. Les résistants recrutent des réfractaires du STO, organisèrent des parachutages et menèrent des actions de guérilla.

L’autre groupe de maquisards FFI, membre du réseau Libé-Nord, dirigé par le docteur Léon Le Janne, alias Commandant Noël, coopérant avec François Tanguy-Prigent, alias Jacques Le Ru, maire révoqué de Saint-Jean-du-Doigt, ayant sa base à Kerabars, en Plouégat-Guérand, se replia sur le versant ouest de la même vallée en [49] dans le bois de Saint-Laurent, surnommé Coat Janus. Sept lycéens du lycée de Morlaix, âgés de 17 ou 18 ans, formèrent un groupe de résistants au printemps 1943, organisé par Émile Guéguen et Gildas Lebeurier[51] dit “Gil” ; parmi ses membres Louis Gourvil et Émile Le Jeune. Ce “groupe Gil” participa à diverses actions de résistance au Cloître-Saint-Thégonnec et à Plourin-les-Morlaix. Ses membres rejoignirent le maquis FFI de Saint-Laurent en Plouégat-Guérand, incorporant le “bataillon d’Ornano”, dirigé par Édouard Lebeurier (1892-1986)[53].

Quatre membres (Marcel Le Berre, René Morvan, Hervé Ollivier et Jacques Ollivier) de ce “bataillon d’Ornano”, ainsi que l’agriculteur (François Trévien) et son employé (André Corvez) qui les cachaient à Pénarvern en Sainte-Sève furent, en raison d’une dénonciation, arrêtés par la Feldgendarmerie qui cerna la ferme, condamnés à mort par un tribunal allemand comme francs-tireurs le et fusillés le même jour en un lieu inconnu, probablement dans les Côtes-du-Nord. Leurs corps n’ont jamais été retrouvés.

Les maquisards du maquis Saint-Laurent participèrent à tous les combats pour la libération de Morlaix (au Ponthou, à Plougasnou, à Lanmeur, au Boiséon en Plouigneau) le . « Notre mission était de faciliter la progression des Américains en empêchant la destruction des voies de communication et en gardant les Allemands à la côte » déclare un ancien maquisard.

Son avion étant touché par un tir allemand, le capitaine Louis D. Morisson, de l’U.S. Air Force, ayant sauté en parachute, fut recueilli par des maquisards (une rue de Plouigneau a été baptisée “rue Capitaine Louis Morisson”).

Une stèle implantée à Kerabars commémore le souvenir des maquisards disparus. Même si ces maquis ne durèrent que quelques mois, ils réunirent près de 500 résistants et réfractaires du STO[57]. Une trentaine de ses membres poursuivirent le combat en participant à la libération de la poche de Lorient en .

Deux soldats originaires de Plouégat-Guérand sont morts pour la France pendant la guerre d’Indochine (Jean Cillard et Francis Favé) et deux pendant la guerre d’Algérie (Amédée Prigent et Yves Salou).

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[63].

En 2019, la commune comptait 1 063 habitants, en diminution de 4,23 % par rapport à 2013 (Finistère : +1,24 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

En 2016, Plouégat-Guérand était la 175 commune du département en population avec ses 1 067 habitants (territoire en vigueur au ), derrière Saint-Ségal (174 avec 1 070 habitants) et devant Garlan (176e avec 1 056 habitants).

La fête des cerises a lieu tous les ans le premier dimanche de juillet.

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Plouégat-Guérand changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>