Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Pointe-à-Pitre

Faites votre demande de carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Sélectionner votre démarche ci-dessous pour obtenir votre prix en ligne

Changement de titulaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez vendu votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Pointe-à-Pitre

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Pointe-à-Pitre , est le même dans toute les villes Guadeloupe , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Pointe-à-Pitre changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE POINTE-À-PITRE

Pointe-à-Pitre (en créole guadeloupéen : Lapwent) est une commune française située dans le département de la Guadeloupe. Habitée en 2014 par 16 261 personnes, la commune est, avec celle voisine des Abymes, au centre d’une vaste aire urbaine de 314 647 habitants, soit la 32e de France.

Pointe-à-Pitre est depuis 2007, l’unique sous-préfecture de la Guadeloupe, elle est le chef-lieu de l’arrondissement de Pointe-à-Pitre et la capitale économique de la Guadeloupe.

S’étendant sur seulement 2,7 km de superficie totale[2], la commune de Pointe-à-Pitre est située à l’ouest de la Grande-Terre, face à la rade ouverte sur la mer des Caraïbes et idéalement placée au centre de la Guadeloupe à la jointure entre la Grande-Terre et la Basse-Terre. La ville, construite sur des marécages, a gagné du terrain sur la mer. C’est une ville de basse altitude située au bord d’une mangrove. Elle détient son propre port de croisière.

L’îlet à Cochons est rattaché à la commune.

En 1780, l’incendie qui la ravage permet de définir un premier plan d’alignement qui donne définitivement à la ville son plan en damier et toutes les caractéristiques des villes coloniales du XVIII siècle. Deux nouveaux plans directeurs (1806 et 1817) permettent l’extension de la ville qui atteint ses limites définitives en 1830 avec le creusement du canal Vatable, mené pour évacuer les eaux de pluies vers la mer. Le centre ancien de Pointe-à-Pitre est une ville coloniale type du XVIIIe siècle, bâtie selon un plan en damier, avec des rues se coupant à angle droit, ses espaces publics et ses équipements administratifs et militaires. C’est également une ville qui a été marquée par les catastrophes : incendies, tremblement de terre, ouragans. Ces dernières, au lieu d’affecter la morphologie de la ville, ont, au contraire, permis de faire évoluer le tissu urbain et de favoriser le passage à la modernité de la ville. Le tissu urbain de Pointe-à-Pitre s’est ainsi maintenu jusqu’à nos jours sans modifier la trame orthogonale du damier du XVIII siècle.

Plusieurs fois ravagée par des cyclones tropicaux et des incendies, le centre historique présente une architecture hétéroclite. Les façades de style colonial côtoient des immeubles modernes. Au cœur de la vieille ville, l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, date des années 1850. Sa structure métallique fut réalisée par la maison Joly d’Argenteuil, qui conçut celle des Halles de Paris. Grâce à sa charpente, l’édifice résista au séisme de 1897.

Avec l’expansion démographique des années 1950, le plan d’urbanisme développe de nouveaux quartiers modernes au nord-est de la ville où sont transférées diverses administrations (dans le sillage de la construction en 1973 du nouvel hôtel de ville) et créées de nouvelles habitations sociales. Pointe-à-Pitre bénéficie d’une opération de rénovation urbaine, engagée depuis 2006 avec l’Agence nationale pour la rénovation urbaine.

Les quartiers de Pointe-à-Pitre :

Partagés avec Les Abymes :

Pointe-à-Pitre a un climat équatorial selon la classification de Köppen (Af) mais a en réalité un climat tropical humide d’alizé soumis aux cyclones tropicaux.

L’origine du nom de la commune est incertaine ; la carte de l’ingénieur François Blondel, de 1667, mentionne certes un « morne de Pitre », un « marigot de Pitre » ; sur d’autres cartes figurent un « îlet à Pitre » ou une « rivière à Pitre » .

Il pourrait provenir d’un anthroponyme. Peter, juif hollandais exilé du Brésil et pêcheur[9], à moins qu’il n’ait été cultivateur de canne à sucre, se serait installé au XVIIe siècle sur un bout de terre perdue en pleine végétation sur la pointe de la Grande-Terre. Commençant par la vente de poissons, il aurait, selon certaines interprétations, développé son commerce. Alors que nombre de bateaux marchands et autres corsaires voguaient dans les eaux guadeloupéennes, Peter aurait créé un négoce pour les navires de passage dans la rade. L’endroit serait vite devenu incontournable pour tous les navigateurs qui y trouvaient de quoi acheter ou échanger des biens, vivres ou munitions. Tous les marins allaient chez Pitre à la pointe.

Cette origine est contestée, l’existence de ce personnage étant jugée improbable compte tenu des références antérieures à l’arrivée des Hollandais en Guadeloupe. L’hypothèse privilégiée tend à rapprocher le terme Pitre (ou Pit) d’une plante, possiblement Agave americana L.[12] car pitera en espagnol évoque une sorte de corde tirée d’un agave, le karata (« langue de bœuf »), assimilée au chanvre par les Européens[7].

Devenant ainsi la pointe à Pitre, la ville reçoit officiellement son nom en 1772. Elle prend le nom de Port-de-la-Liberté durant la Révolution française.

Dès le début de la colonisation de la Guadeloupe, le site de Pointe-à-Pitre retient l’attention des agents royaux. Il présente de nombreux avantages naturels, qui en fait d’emblée une alternative à la ville de Basse-Terre. Pourtant à cause de l’insalubrité du site les autorités hésitent longtemps à établir un centre de peuplement. La ville de Pointe-à-Pitre est fondée au milieu du XVIII siècle sur les rives marécageuses de la baie du Petit Cul-de-sac marin en raison de sa position géographique et des mouillages possibles. L’origine de la ville remonte pourtant à l’occupation anglaise de la Guadeloupe (1759 à 1763). Le bourg n’occupe alors qu’une petite partie du site dit du « morne Renfermé ». Après le retour de la Guadeloupe à la France, lors du traité de Paris (1763) la ville prend son essor avec les premiers aménagements.

Lors de la révolution française, la ville est rebaptisée « Port-la-Liberté ».

Le , la ville de Pointe-à-Pitre est en grande partie détruite par un très violent tremblement de terre (d’une magnitude d’environ 8 à 8,8 sur l’échelle de Richter). D’autres villes sont endommagées, en particulier Le Moule, mais à Pointe-à-Pitre un incendie entraîne la destruction des bâtiments subsistants, et fait de nouvelles victimes avec un total de 3 000 morts et 1 500 blessés. Une grande campagne de souscription nationale lancée en métropole permet la reconstruction de la commune pointoise.

L’abolition de l’esclavage en 1848 favorise l’arrivée en ville d’une main d’œuvre à la recherche de travail. Des milliers d’Indiens arrivent par convois, ainsi que des Cap-verdiens ou d’autres Caribéens, quelques centaines de travailleurs chinois et japonais, et des exilés politiques indochinois. Dans les usines, la ségrégation est de mise. Traditionnellement, dans les anciennes colonies esclavagistes françaises, il existe une gradation de couleur, du plus sombre au plus clair.

Les 26, 27 et sont des jours sanglants pour l’histoire de la ville et de la Guadeloupe en général. Des CRS (les “Képis rouge”) répriment lourdement un mouvement de grève ouvrier visant une augmentation salariale de 2,5 % et mené par le GONG, un mouvement indépendantiste guadeloupéen dont le leader, Jacques Nestor sera l’un des premiers à tomber sous les balles. Le bilan des émeutes de mai 1967 est encore aujourd’hui sujet à controverses. Les autorités reconnaissent officiellement huit morts ; en 1985, le secrétaire d’État aux DOM-TOM, Georges Lemoine, retient le chiffre de 87 morts. L’Historien Benjamin Stora souligne que la massacre a été « ordonné sciemment sur le terrain et approuvé par le gouvernement sous la présidence du général de Gaulle ».

L’unité urbaine de Pointe-à-Pitre – Les Abymes est le pôle urbain de la Guadeloupe qui réunit les îles de Basse-Terre et de Grande-Terre grâce à sa position centrale dans l’archipel. Cette concentration urbaine regroupe 11 communes, dans la nouvelle délimitation de 2010, dont les plus peuplées sont Les Abymes, Baie-Mahault et Le Gosier. Elle rassemble ainsi 64,2 % des Guadeloupéens, soit 256 888 habitants en 2014[20], se situant au 25 rang des agglomérations françaises. Au cours de ces dernières années, le poids démographique de la commune de Pointe-à-Pitre au sein de l’agglomération n’a pas cessé de décroître au profit de la banlieue pavillonnaire, d’autant plus que l’unité urbaine s’est agrandie en absorbant des communes périphériques. Ainsi, de 4 communes en 1982, l’unité urbaine est passée à 7 communes en 1999 puis à 11 communes dans la dernière délimitation.

Par ailleurs, l’Insee a désormais délimité une aire urbaine de Pointe-à-Pitre – Les Abymes, qui comporte 16 communes en 2010. Avec 314 647 habitants au , elle se situe 32 rang des aires urbaines françaises par sa population.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d’une enquête par sondage auprès d’un échantillon d’adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans,

En 2019, la commune comptait 15 181 habitants, en diminution de 4,08 % par rapport à 2013 (Guadeloupe : −4,45 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

La commune est une sous-préfecture du département de la Guadeloupe et le chef-lieu d’un canton unique depuis le redécoupage cantonal de 2014. Avant cette date, elle était divisée en trois cantons : Pointe-à-Pitre-1, Pointe-à-Pitre-2 et Pointe-à-Pitre-3. Un quatrième exista de 1955 à 1985.

Pour l’élection des députés, Pointe-à-Pitre fait partie depuis 1988 de la première circonscription de la Guadeloupe.

La commune de Pointe-à-Pitre appartient à communauté d’agglomération Cap Excellence, dans laquelle elle est représentée par huit conseillers.

L’économie de Pointe-à-Pitre s’organise autour de trois axes du secteur tertiaire : le commerce de proximité est très développé dans le centre-ville autour de nombreux magasins (avec une part importante de boutiques liées à l’habillement) ; le tourisme lié au trafic de l’aéroport voisin ainsi que l’activité associée aux différents lieux historiques et musées de la ville ; enfin les services publics avec notamment les différents services de la sous-préfecture de l’île, l’université des Antilles et le principal centre hospitalo-universitaire de la Guadeloupe (le CHU de Pointe-à-Pitre/Les Abymes).

La ville accueille le siège de la Chambre de commerce et d’industrie de Pointe-à-Pitre. Elle gère l’aéroport de Pôle Caraïbes, situé aux Abymes et le port autonome de Pointe-à-Pitre qui dispose d’une gare maritime à proximité du centre-ville (croisière, cabotage, marchandises diverses).

Un développement de la zone de Bergevin est programmé avec la construction d’un hôtel Première classe du Groupe Louvres Hôtels.

Comme toutes les communes de l’archipel de la Guadeloupe, la ville de Pointe-à-Pitre est rattachée à l’Académie de la Guadeloupe. Elle possède sur son territoire neuf écoles maternelles (Bébian, Dubouchage, Félix-Edinval, Fernande-Bonchamps, Frantz-Ralion, Lauricisque, Rafaël-Jolivière, Raymonde-Bambuck et Salvatore-Cideme) et douze écoles primaires (Amédée-Fengarol 1 et 2, Félix-Edinval, Fernande-Bonchamps, Lauricisque, Léon-Feix, Rafaël-Cipolin, Rafaël-Jolivière, Raymonde-Bambuck, Sacré-Cœur (privée), externat Saint-Joseph-de-Cluny (privée) et Salvator-Cideme).

En ce qui concerne l’enseignement secondaire, la ville accueille les collèges Front-de-Mer, Jules-Michelet, La Persévérance (privé), Maitrise-de-Massabielle (privé), Nestor-de-Kermadec et Sadi-Carnot. Le principal et historique lycée public d’enseignement général de la Guadeloupe est le lycée Carnot, tandis que l’enseignement privé est assuré par le lycée d’enseignement général de Massabielle et le lycée privé d’enseignement professionnel Boc-Calmet, fondé en 1954 et fermé en 2020.

La ville de Pointe-à-Pitre accueille le grand campus de Fouillole de l’université des Antilles, qui est le principal centre d’enseignement supérieur de l’île.

Le centre hospitalier universitaire de Pointe-à-Pitre/Les Abymes est le plus important hôpital de l’île regroupant en 2013 une quarantaine de services, couvrant tous les domaines médicaux, d’une capacité totale d’accueil de 862 lits fonctionnant avec 319 médecins, 120 internes et 3 000 agents hospitaliers. Le CHU doit être reconstruit à Perrin, aux Abymes, (à partir de 2016, pour une livraison en 2019), alors qu’un important incendie a endommagé ses services d’urgence en 2017.

La commune accueille un Palais de justice qui abrite le tribunal de Grande Instance et un tribunal de commerce, ainsi qu’un tribunal d’Instance et un conseil des prud’hommes. Une nouvelle cité judiciaire a été construite et livrée en 2017.

Les accès principaux à la ville sont :

De plus, la ville est contournée par deux rocades.

La commune de Pointe-à-Pitre est desservie par le réseau Karu’Lis.

Des bus privés font la liaison entre Pointe-à-Pitre et les autres communes de la Guadeloupe depuis les gares routières pointoises :

L’aéroport Pôle Caraïbes, situé en banlieue pointoise, est le principal aéroport de l’archipel guadeloupéen. Lui seul est capable d’accueillir des avions long courrier. Il était auparavant nommé « Aéroport de Pointe-à-Pitre Le Raizet », du nom du lieu-dit de la commune des Abymes où se situait l’aéroport (aujourd’hui Terminal Sud), avant le déménagement de l’aérogare au nord de la piste. Certaines compagnies aériennes y assurent des liaisons directes vers les autres îles de la Guadeloupe.

L’aéroport est géré par la Chambre de commerce et d’industrie de Pointe-à-Pitre.

Le port autonome de Pointe-à-Pitre dispose de neuf postes à quais situés à proximité du centre-ville (croisière, cabotage, marchandises diverses).

L’équipement sportif de la commune comprend :

La ville accueille les clubs sportifs :

Tous les quatre ans, la ville reçoit l’arrivée de la Route du Rhum, course transatlantique en solitaire qui part de Saint-Malo. Pointe-à-Pitre a pour code PP selon la liste des quartiers maritimes.

Elles ne sont pas forcément nées à Pointe-à-Pitre mais leur histoire est attachée à celle de la ville.

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Pointe-à-Pitre changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>