Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Saint-Igny-de-Vers

Commander votre carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Choisissez votre démarche ci-dessous pour obtenir votre prix en ligne

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez vendu votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de titulaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez vendu votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Saint-Igny-de-Vers

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Saint-Igny-de-Vers , est le même dans toute les villes Rhône , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Saint-Igny-de-Vers changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE SAINT-IGNY-DE-VERS

Saint-Igny-de-Vers est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Saint-Igny-de-Vers fait partie du Beaujolais, dans le nord du département du Rhône. À l’ouest, son territoire est limitrophe du département de Saône-et-Loire et de la région Bourgogne-Franche-Comté.

La densité démographique est faible, à l’image de celle de l’ensemble du canton, et l’habitat très dispersé. Le village était autrefois réputé pour sa production d’échelles et de bennes. L’économie est aujourd’hui tournée vers la polyculture, à dominante d’élevage, et la sylviculture[2], qui occupe près de la moitié (1247 hectares) du territoire de la commune.

On a compté à Saint-Igny-de-Vers jusqu’à 81 hameaux, portant les noms suivants : les Agresles, Ajoux, les Alloings, la Bachasse, les Barres, En Bèche, Bel-Air, la Bénethuilière, le Bessay, les Bessères, Chez Blanchons, les Bois, les Bourbes, la Brette, le Brossard, la Brosse, les Bruyères, les Canots, Champ-Joint, les Charmes, le Charne, Chenevières, les Clachères, la Combe, les Côtes, Croix-de-Mont, le Crot-au-Loup, Églives, la Fabrique, la Forêt, les Gachots, le Galiot, la Garenne, les Gays, le Gazot, les Ghètes, les Gobiers, la Grande-Cheminée, la Guillotière, l’Haye du Pont, les Hayes, l’Horme, les Jaunets, Mémont, les Merles, les Michels, Mont, Montgelus, les Moussières, les Noires, la Noue, le Paquies, les Parois, le Patoz, les Perdus, les Pins, le Plat, le Pont-du-Gas, la Rêve, la Rivière, la Roche, le Rochon, le Rousset, le Royat, le Sauzay, les Sertines, les Sots, le Souchon, le Taluf, Terre-Noire, le Thillet, la Tourrelle, les Trives, la Tuilerie, Vaudemont, la Vendenesse, le Vernay, Vers, le Ververin, Vibus, Ville-de-Vers.

Saint-Igny-de-Vers est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,. La commune est en outre hors attraction des villes[7][8].

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des forêts et milieux semi-naturels (52,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (53,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (51,9 %), prairies (42,1 %), zones agricoles hétérogènes (5,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,9 %).

L’IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIII siècle), la carte d’état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd’hui)[10].

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Semtiniacus au XI siècle[11]. On trouve dans le cartulaire de Cluny la forme Santiniacum. La forme française Saintigny est devenue « Saint-Igny » par fausse étymologie.

Ce toponyme d’origine gauloise ou gallo-romane pourrait signifier « domaine de Santinus », ou plutôt « de Sentinius », anthroponyme lui-même dérivé du gaulois sentu, « chemin »[12][13], suivi du suffixe -acum d’origine gauloise qui marque la propriété. C’est un homonyme de Sinzenich (de) (Allemagne), forme germanisée qui vient également d’un ancien Sentiniacum.

Une conjecture plaisante, mais sans fondement, préfère y voir l’évocation des « saints feux » (en latin sancti igni) que les habitants allumaient pour la Saint-Jean, fête du patron du pays.

Le déterminant complémentaire -Vers est celui d’un de ses nombreux hameaux, dont l’étymologie est obscure : peut-être vers ou verrats (sangliers), ou bien le versant, désignant précisément le bon versant, celui qui est exposé au soleil[12].

Au Moyen Âge, le territoire de Saint-Igny-de-Vers s’étendait pour partie en Beaujolais, pour partie en Mâconnais, d’où une situation d’une grande complexité administrative. La justice de la partie beaujolaise dépendait de la châtellenie de Chevagny-le-Lombard, à Aigueperse, alors que la partie mâconnaise relevait de la juridiction du château de Vers, qui s’étendait sur les paroisses des Feuillées et de Saint-Clément. De plus, en 1288, Louis de Beaujeu avait fait don aux chanoines d’Aigueperse de la partie de la paroisse qui lui revenait : jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, cette partie releva comme le chapitre d’Aigueperse du diocèse d’Autun, l’autre appartenant au diocèse de Mâcon[14].

Pendant la Révolution, Saint-Igny-de-Vers fut rebaptisée Vers-la-Montagne. En 1801, elle devint momentanément le chef-lieu d’un canton qui regroupait autour d’elle Aigueperse, Azolette, Propières et Saint-Bonnet-des-Bruyères. En 1868, une partie du territoire de la commune en fut détachée pour former celle de Saint-Clément-de-Vers.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la commune fut le théâtre, du 19 au 22 , de la tragédie de Vers : après un accrochage avec le maquis, une compagnie de la Wehrmacht pilla et incendia le hameau de Vers, tuant deux prisonniers pris dans la population.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2009[17].

En 2019, la commune comptait 566 habitants, en diminution de 5,67 % par rapport à 2013 (Rhône : +5,39 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d’un âge inférieur à 30 ans s’élève à 19,0 %, soit en dessous de la moyenne départementale (40,2 %). À l’inverse, le taux de personnes d’âge supérieur à 60 ans est de 48,0 % la même année, alors qu’il est de 21,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 290 hommes pour 287 femmes, soit un taux de 50,26 % d’hommes, largement supérieur au taux départemental (48,08 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s’établissent comme suit.

Sur la place centrale du village, en face du monument aux morts, se trouve l’église Saint-Jean-Baptiste : reconstruite vers 1848, elle garde cependant des traces de constructions antérieures dont les plus anciennes (baptistère) pourraient remonter au XII siècle[2]. La façade de l’église est décorée d’un bestiaire médiéval unique dans la région, bien qu’un peu abîmé par le temps et datant du XII siècle. Les collines boisées environnantes abritent quelques ruines et des promenades aménagées longent la rivière du Sornin. La commune dispose par ailleurs du plan d’eau de la Vendenesse[1], de terrains de football et de tennis et d’une salle des fêtes.

La chapelle Notre-Dame-de-Vers, dans le hameau du même nom, a été bâtie au XII siècle par les moines du mont Saint-Rigaud[14]. Elle attirait de nombreux pèlerins qui attendaient peut-être de leurs prières la destruction des vers nuisibles aux cultures, ou la guérison de leurs enfants fatigués par les parasites homonymes. Déclaré bien national en 1793, le bâtiment a été rendu au culte en 1874 après d’importantes réparations, poursuivies jusqu’en 1879. Sauvée des flammes lors de l’incendie du hameau en 1944[14], la chapelle se singularise par sa toiture recouverte de tuiles polychromes et son intérieur entièrement peint et décoré à la main, dans un style 1900, qui a fait l’objet d’un programme de restauration de 1993 à 1997[14].

Dans le poème d’Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale, les lignes 73 Vers Pré-en-Paille ou Trinquetaille et 74 Vers Venouze ou vers Venizy peuvent donner lieu à plusieurs interprétations.

Dans la ligne 74, il semble normal de privilégier la lecture de Vers comme une préposition.

En revanche, en l’absence de ponctuation et de répétition de vers avant Trinquetaille, il faut probablement lire la ligne 73 comme une succession de trois noms de villages : Vers, Pré-en-Paille, Trinquetaille.

Vers peut alors faire référence à quatre lieux au choix :

Saint-Igny-de-Vers est le berceau de l’autocross français : chaque année la commune accueille, fin mai ou début juin, une manche du championnat de France ainsi que, à la fin de l’été et depuis 2007, une manche du championnat d’Europe,. En France, seulement deux étapes européennes existent : une à Saint-Igny et une à Saint-Georges-de-Montaigu (Vendée).

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Saint-Igny-de-Vers changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>