Search
Close this search box.

Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Sarlat-la-Canéda

Commander votre carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Choisissez votre démarche ci-dessous pour obtenir votre prix en ligne

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Sarlat-la-Canéda

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Sarlat-la-Canéda , est le même dans toute les villes Dordogne , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Sarlat-la-Canéda changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE SARLAT-LA-CANÉDA

Sarlat-la-Canéda, communément appelée Sarlat, est une commune du Sud-Ouest de la France. Sous-préfecture et bureau centralisateur de canton du département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, elle compte 9 127 habitants en 2019 et est au centre d’une aire urbaine de 19 220 habitants. Ses habitants sont appelés les Sarladais(es).

Capitale du Périgord noir, aux confins des causses du Quercy, cette cité historique est un site touristique majeur, renommé pour sa parure monumentale datant essentiellement de la période médiévale et du début de la Renaissance (du XIII au XVIe siècle). Son centre-ville, d’une grande homogénéité, est ainsi composé d’un lacis de ruelles et de venelles pittoresques, de placettes ombragées, bordées d’hôtels particuliers aux toits de lauze, dont les plus célèbres sont la maison de La Boétie, l’hôtel du Barry, l’hôtel de Savignac ou encore le présidial. Centre névralgique de la ville, la place de la Liberté, bordée de terrasses, est le siège du marché, où se vendent les spécialités de la région : foie gras, truffes, figues et noix. Dans son prolongement, s’ouvrent en perspective la cathédrale Saint-Sacerdos et le palais des évêques, qui rappellent que Sarlat a été cité épiscopale pendant plusieurs siècles.

Possédant un ensemble urbain médiéval parmi les plus denses du monde, Sarlat a été la première ville à bénéficier de la loi Malraux, avec la création de son secteur sauvegardé en 1964. Cette petite cité périgordine, visitée par plusieurs centaines de milliers de touristes chaque année, sert également ponctuellement de cadre à des films historiques.

Sarlat-la-Canéda est la capitale du Périgord noir.

Sarlat-la-Canéda est limitrophe de dix autres communes.

Situé sur la plaque nord du Bassin aquitain et bordé à son extrémité nord-est par une frange du Massif central, le département de la Dordogne présente une grande diversité géologique. Les terrains sont disposés en profondeur en strates régulières, témoins d’une sédimentation sur cette ancienne plate-forme marine. Le département peut ainsi être découpé sur le plan géologique en quatre gradins différenciés selon leur âge géologique. Sarlat-la-Canéda est située dans le troisième gradin à partir du nord-est, un plateau formé de calcaires hétérogènes du Crétacé.

Les couches affleurantes sur le territoire communal sont constituées de formations superficielles du Quaternaire datant du Cénozoïque, de roches sédimentaires du Mésozoïque. La formation la plus ancienne, notée c3b-c, date du Coniacien moyen à supérieur, composée de calcaires bioclastiques grossiers et quartzeux jaunes à bryozoaires et gastéropodes, à niveaux gréseux (formation des Eyzies). La formation la plus récente, notée Fy3-z, fait partie des formations superficielles de types alluvions subactuelles à actuelles. Le descriptif de ces couches est détaillé dans la feuille « n 808 – Sarlat-la-Canéda » de la carte géologique au 1/50 000 de la France métropolitaine[2][3] et sa notice associée.

Le département de la Dordogne se présente comme un vaste plateau incliné du nord-est (491 m, à la forêt de Vieillecour dans le Nontronnais, à Saint-Pierre-de-Frugie) au sud-ouest (2 m à Lamothe-Montravel). L’altitude du territoire communal varie quant à elle entre 102 mètres et 319 mètres,.

Dans le cadre de la Convention européenne du paysage entrée en vigueur en France le , renforcée par la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, un atlas des paysages de la Dordogne a été élaboré sous maîtrise d’ouvrage de l’État et publié en [7]. Les paysages du département s’organisent en huit unités paysagères,. La commune fait partie du Périgord noir, un paysage vallonné et forestier, qui ne s’ouvre que ponctuellement autour de vallées-couloirs et d’une multitude de clairières de toutes tailles. Il s’étend du nord de la Vézère au sud de la Dordogne (en amont de Lalinde) et est riche d’un patrimoine exceptionnel[9].

La superficie cadastrale de la commune publiée par l’Insee, qui sert de référence dans toutes les statistiques, est de 47,13 km[5][10][Note 2]. La superficie géographique, issue de la BD Topo, composante du Référentiel à grande échelle produit par l’IGN, est quant à elle de 48,55 km[3].

La commune est située dans le bassin de la Dordogne au sein du Bassin Adour-Garonne. Elle est drainée par le Grande Beune, la Cuze, le ruisseau de Pontou, et par deux petits cours d’eau, qui constituent un réseau hydrographique de 7 km de longueur totale[14][Carte 1].

Le Grande Beune, d’une longueur totale de 22,79 km, prend sa source dans la commune de Saint-Geniès et se jette dans la Vézère aux Eyzies, après avoir traversé huit communes.

Le territoire communal est couvert par les schémas d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Dordogne amont » et « Vézère-Corrèze ». Le SAGE « Dordogne amont », dont le territoire s’étend des sources de la Dordogne jusqu’à la confluence de la Vézère à Limeuil, d’une superficie de 9 700 km est en cours d’élaboration . La structure porteuse de l’élaboration et de la mise en œuvre est l’établissement public territorial de bassin de la Dordogne (EPIDOR)[16]. Le SAGE « Vézère-Corrèze », dont le territoire regroupe les bassins versants de la Vézère et de la Corrèze, d’une superficie de 3 730 km est en cours d’élaboration . La structure porteuse de l’élaboration et de la mise en œuvre est le conseil départemental de la Corrèze[17]. Il définissent chacun sur leur territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne qui couvre la période 2022-2027, approuvé le .

La qualité des eaux de baignade et des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité.

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l’éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu’en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[20].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l’encadré ci-après.

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l’Énergie et du Climat complétée par des études régionales[24] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1995 permet de connaître l’évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Sarlat-la-Canéda est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,. Elle appartient à l’unité urbaine de Sarlat-la-Canéda, une unité urbaine monocommunale[29] de 8 869 habitants en 2017, constituant une ville isolée,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Sarlat-la-Canéda, dont elle est la commune-centre. Cette aire, qui regroupe 47 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[32][33].

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des territoires agricoles (46,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (51,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (40,8 %), forêts (40 %), zones urbanisées (11,6 %), prairies (5,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2 %), terres arables (0,1 %).

L’évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIII siècle), la carte d’état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l’IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd’hui)[Carte 3].

En occitan, la commune porte le nom de Sarlat e la Canedat.

L’étymologie du nom « Sarlat » pourrait provenir du préceltique serrulate (le mont allongé) ou du bas-latin serralatum (le mont large) ; quant à celle du suffixe « la-Canéda », elle est très incertaine et pourrait se rapprocher de la ville crétoise de La Canée en lien avec la présence d’un établissement religieux, la ville étant le siège d’une commanderie de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

L’origine de l’abbaye se perd dans les légendes. Jean Maubourguet a admis qu’elle a été créée dans la première moitié du IX siècle par Pépin[37], roi d’Aquitaine de 817 à 832 puis de 834 à 838. Elle est contemporaine de l’abbaye de Paunat et de l’abbaye de Terrasson.

L’abbaye fait partie des six grandes abbayes du Périgord (avec Paunat, Belvès, Saint-Front de Périgueux, Brantôme et Terrasson). Elle est la seule à avoir été épargnée par les Vikings car située à l’écart de la Dordogne et de ses affluents.

D’après une charte de l’abbaye de Sarlat dont l’original a été perdu, en 886, Charles le Gros, empereur des Romains, roi de France, fait réparer l’église abbatiale édifiée en l’honneur du Sauveur du Monde, située dans le vicus de Sarlat, et la prend sous sa protection.

Le chartrier de l’abbaye contient aussi une charte de Bernard, comte de Périgord, donnant l’abbaye Saint-Sauveur de Sarlat à Odon, abbé de Cluny, et à Adacius, son co-abbé, pour qu’ils y rétablissent la discipline monastique. La charte cite Ludovico imperante qui ne peut être que Louis IV d’Outremer, rappelé d’Angleterre pour régner en Francie occidentale en juillet 936. Odon de Cluny est mort en 942. On peut en déduire que cette charte a été rédigée entre 937 et 942. Adacius a été abbé du monastère de Sarlat[40], de celui de Tulle et de Saint-Sour de Genouilliac, et vivait encore en 947. Cette charte a été considérée comme un faux car l’abbaye n’a jamais dépendu de l’abbaye de Cluny. Les deux premiers actes connus datent de 954 et 1094.

Le pape Léon VII aurait donné un bref de privilège prononçant anathème contre toute personne qui oserait s’arroger la possession de l’abbaye sans avoir été légitimement élue par les moines.

La date du transfert des reliques de saint Sacerdos à Sarlat est inconnue, comme l’écrit Jean Tarde dans sa Chronique, en 1624. Pour certains, le transfert des reliques à Sarlat aurait été provoqué par les attaques des Vikings à partir de 848. Pour d’autres, les reliques de saint Sacerdos situées à Calabrum ont été translatées au monastère de Sarlat peu avant qu’Hubert, avec l’aide du comte de Périgord Guillaume II Talleyrand ou Taillefer, fils de Bernard de Périgord[42], s’empare du monastère, vers 962. C’est au moment de cette translation que l’église de Sarlat s’est appelée église de Saint-Sauveur et de Saint-Sacerdos. Cette translation a dû se produire entre 945 et 962. La translation du corps de saint Pardoux dans l’église de Sarlat s’est effectuée après celle de saint Sacerdos. Le culte de saint Pardoux étant devenu à la mode, les moines ont décidé de placer ses reliques dans l’église Saint-Jean située hors les murs du monastère. Cette translation montre qu’il existait alors près du monastère une agglomération suffisamment nombreuse pour justifier la construction d’une église. Dans les premières années du XI siècle, les reliques de saint Pardoux sont enlevées de l’église par un moine de Sarlat pour être données à un seigneur du Limousin, Gui de Lastours, et déposées dans l’église d’Arnac[43].

D’après Jean Maubourguet, le culte de saint Sacerdos a pris la place de celui du Salvator en 1122. Il suppose que la charte liant l’abbaye à Odon de Cluny et le culte de saint Sacerdos avait pour but d’éviter l’annexion de l’abbaye par Saint-Martial de Limoges et de lui conserver son indépendance.

Saint Bernard est passé à Sarlat en 1147 ; il y aurait accompli le miracle des pains.

L’abbaye a su demeurer indépendante et s’est placée en 1153 sous la protection directe du Saint-Siège à Rome. Les possessions de l’abbaye sont confirmées en 1153 et 1170 par les papes Eugène III et Alexandre III. Elle est reconstruite à l’époque romane entre 1125 et 1160. De l’abbaye romane, il subsiste le clocher-porche, la chapelle Saint-Benoît et la façade de la salle capitulaire dans la cour du cloître, et la lanterne des morts.

L’abbaye de Sarlat a atteint son apogée à la fin du XII siècle.

Sarlat est une cité médiévale qui s’est développée autour de l’abbaye bénédictine d’origine carolingienne. Seigneurie monastique, elle atteint son apogée au XII siècle.

Dès 1204, les bourgeois de Sarlat s’opposent aux moines de l’abbaye. En 1223, l’administration civile de Sarlat par un consulat est créée. Au cours du XIII siècle, la ville s’agrandit et atteint environ 5 000 habitants. En 1263, les bourgeois de Sarlat s’allient avec les consuls de Figeac, Périgueux et de Brive pour obtenir des privilèges royaux.

Une épidémie de peste noire, en 1279-1280, fait en six mois 2 500 morts. Ils sont d’abord enterrés loin de la ville, à Roc-Laumier, puis plus près, au champ de Saint-Nicolas. Il existait dans la ville le cimetière Sainte-Marie qui s’étendait depuis l’église Sainte-Marie jusqu’à l’enceinte de la Bouquerie. Il semble désaffecté au moment de la construction de la nouvelle église Sainte-Marie, en 1365. Il est remplacé au XV siècle par le cimetière se trouvant dans l’enclos des moines, derrière la cathédrale. Ce cimetière est abandonné en 1819 car il se trouve au-dessus de la nappe qui alimentait la fontaine des Chanoines[44].

En 1298 est conclu entre les bourgeois de Sarlat et l’abbé le Livre de la paix par lequel l’abbé, seigneur de la ville, reconnaît aux bourgeois le droit de consulat, le droit de sceau et une maison commune pour se réunir. Les consuls peuvent alors administrer la ville et assurer sa défense. Le Livre de la paix est ratifié par Philippe IV en 1299. Il y a quatre consuls, représentant chacun un quartier de la ville, Lendrevie, la Bouquerie, la Mallougane et la Rigoudie. Ils sont assistés par vingt-quatre conseillers ou jurats. La ville s’enferme dans des remparts à la fin du XIII siècle et au début du XIVe siècle.

En 1318, l’abbaye est le siège du nouvel évêché créé par le pape Jean XXII. L’église abbatiale devient la cathédrale du diocèse de Sarlat. Les évêques, remplaçant les abbés, commencent sa transformation architecturale, qui sera achevée seulement à la fin du XVII siècle.

À partir du XIV siècle, évêques et consuls se partagent le pouvoir jusqu’à la Révolution. Devenue cité épiscopale, Sarlat joue un rôle prééminent lors de la guerre de Cent Ans. Réserve d’hommes d’armes, de munitions et de vivres, la ville fortifiée est également défendue par les châteaux situés aux alentours, tels que Beynac et Castelnaud, et peut porter secours à d’autres villes assiégées par les Anglais : Belvès, Domme, Montignac. Elle devient cependant anglaise par le traité de Brétigny en 1360. Elle se rallie au roi de France dix ans plus tard, lorsque le connétable Bertrand du Guesclin repousse les Anglais. La ville, tout en jouant le même rôle que précédemment, doit se rendre deux fois et souffre des exactions du capitaine de Vivans et du vicomte de Turenne.

Les troubles qui agitèrent la France, pendant la minorité de Louis XIV, eurent, en Périgord, des répercussions importantes.

Si la Fronde parlementaire et la vieille Fronde n’y eurent qu‘un faible écho, il n’en fut pas de même pendant la dernière période, la Fronde des Princes. La province se partagea en deux camps : l’un, le plus nombreux, s’attacha aux drapeaux de Condé, l’autre resta fidèle au Roi. Périgueux et Bergerac suivirent jusqu’à la fin la fortune de Condé ; Sarlat par contre, s’en sépara et soutint la cause de l’autorité légitime.

Les événements saillants de la Fronde à Sarlat sont le siège de la ville le , sa prise par le comte de Marchin le , l’occupation par les Frondeurs, alors qu’Antoine Gabriel de Costes de la Calprenède (1605-1689) est Premier Consul de la ville[45] sous les ordres de François de Chavagnac, et sa reprise par les bourgeois, assistés d‘un détachement des troupes royales le suivant.

En 1793, la commune de Temniac est rattachée à Sarlat. En 1807, Lacipière, maire de Sarlat de 1800 à 1812, prend un arrêté défendant d’étendre le linge et de fumer la pipe sur les promenades publiques.

Sarlat est décorée de la croix de guerre 1939-1945 le , distinction également attribuée à dix-huit autres communes de la Dordogne.

La qualité architecturale de ses monuments et de ses immeubles atteste de son dynamisme et de sa capacité à se maintenir dans les grands courants économiques. La disparition du diocèse (rattaché à celui de Périgueux) à la Révolution lui retire sa prééminence. Devenue chef-lieu de district puis sous-préfecture, elle s’endort, pendant près de cent-cinquante ans, pour se revivifier seulement depuis le milieu des années 1960, avec la création du secteur sauvegardé en 1964.

Il est permis de penser qu’en France de nombreuses villes ont possédé d’aussi curieuses et pittoresques ruelles, d’aussi beaux monuments, mais le modernisme a détruit progressivement ces trésors du passé. Sarlat a été miraculeusement sauvée grâce à la loi promulguée le , dite loi Malraux. Cette loi sur la restauration des secteurs sauvegardés fut appliquée pour la première fois en France à Sarlat en 1964. Le centre de la petite cité médiévale avec ses soixante-cinq monuments et immeubles protégés servit d’opération pilote pour la mise au point des financements et des critères de restauration.

Le , les communes de Sarlat et de La Canéda fusionnent sous le nom de « Sarlat-la-Canéda »[50].

Depuis quelques années, le Sarladais — comme plus généralement le Périgord — devient une région très prisée des Anglais.

Dès 1790, la commune de Sarlat est le chef-lieu du canton de Sarlat qui dépend du district de Sarlat jusqu’en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton dépend de l’arrondissement de Sarlat (devenu l’arrondissement de Sarlat-la-Canéda en 1965).

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, la commune reste attachée au même canton dont elle devient le bureau centralisateur aux élections départementales de mars 2015.

Fin 1999, Sarlat-la-Canéda intègre dès sa création la communauté de communes du Sarladais, dont elle est le siège. En 2011, l’intercommunalité fusionne avec la communauté de communes du Périgord noir qui conserve temporairement ce nom avant de devenir la communauté de communes Sarlat-Périgord noir en mai 2011, dont Sarlat-la-Canéda est le siège.

La population de la commune étant comprise entre 5 000 et 9 999 habitants au recensement de 2017, vingt-neuf conseillers municipaux ont été élus en 2020,.

Dans le domaine judiciaire, Sarlat-la-Canéda relève :

Jusqu’en 1965, les communes de La Canéda et de Sarlat étaient indépendantes.

En 1965, La Canéda fusionne avec Sarlat, formant la nouvelle commune de Sarlat-la-Canéda.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[63].

En 2019, la commune comptait 8 816 habitants, en diminution de 4,78 % par rapport à 2013 (Dordogne : −0,88 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

En 2010, l’unité urbaine de Sarlat-la-Canéda (l’agglomération) se limite à cette seule commune. Avec 8 869 habitants en 2017[66], c’est la quatrième agglomération de Dordogne après celles de Périgueux, Bergerac et Montpon-Ménestérol.

L’aire urbaine, étendue à seize autres communes, regroupe 19 220 habitants en 2017[68]. C’est la troisième plus importante de Dordogne après celles de Périgueux et de Bergerac.

Selon le classement établi par l’Éducation nationale en 2022, le lycée public Pré-de-Cordy est considéré comme « sélectif » en 2021 aussi bien au bac général et technologique avec une réussite de 98 % qu’au bac professionnel avec 94 %.

Le lycée privé Saint-Joseph est lui aussi considéré comme « sélectif » en 2021 avec 100 % de réussite au bac professionnel.

Une mosquée est établie à Sarlat.

Source :

Outre la présence d’un festival du film annuel, le patrimoine architectural du centre de Sarlat et de ses environs font de cette ville une des plus filmées de France. Elle est un lieu très prisé lorsqu’une reconstitution historique est nécessaire. Plus de 80 tournages se sont succédé dans la ville depuis 1945.

Parmi les films tournés à Sarlat, on note :

Clubs de sports :

Une monnaie locale, l’Aqui, a été lancée en avril 2018[85].

L’emploi est analysé ci-dessous selon qu’il affecte les habitants de Sarlat-la-Canéda ou qu’il est proposé sur le territoire de la commune.

En 2018, parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 3 726 personnes, soit 42,3 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (671) a fortement diminué par rapport à 2013 (785) et le taux de chômage de cette population active s’établit à 18,0 %.

En 2018, la commune offre 6 448 emplois pour une population de 8 793 habitants. Le secteur tertiaire prédomine avec 43,5 % des emplois mais le secteur comprenant l’administration publique, l’enseignement, la santé et l’action sociale est également très présent avec 34,3 %.

Fin 2018, la commune compte 734 établissements actifs employeurs, dont 552 au niveau des commerces, transports ou services, 83 relatifs au secteur administratif, à l’enseignement, à la santé ou à l’action sociale, 48 dans la construction, 47 dans l’industrie, et 4 dans l’agriculture, la sylviculture ou la pêche[89].

Tous secteurs confondus, parmi les entreprises dont le siège social est en Dordogne, la société « Coloplast manufacturing France SAS » (fabrication de matériel médico-chirurgical et dentaire) située à Sarlat-la-Canéda se classe 9 quant au chiffre d’affaires hors taxes en 2015-2016, avec 49 370 k€[90].

Parmi les cinquante premières entreprises de chaque secteur économique dans le département, classées selon le chiffre d’affaires hors taxes en 2015-2016, on trouve implantées à Sarlat-la-Canéda :

Tous secteurs confondus, cinq entreprises de Sarlat-la-Canéda figurent parmi les cinquante premières de la Dordogne, quant au chiffre d’affaires à l’exportation en 2015-2016,

L’entreprise Suturex, implantée sur la ZAE Sarlat-Carsac et dépendant du groupe allemand B. Braun, emploie 170 personnes ; elle est une des principales entreprises mondiales dans le domaine des aiguilles chirurgicales, avec une production annuelle de cent millions d’aiguilles.

Sarlat-la-Canéda possède une antenne de la Chambre de commerce et d’industrie de la Dordogne.

La ville est classée ville d’art et d’histoire. Elle est réputée pour avoir la plus forte densité de monuments historiques classés ou inscrits au monde. Elle fait partie de l’association Les Plus Beaux Détours de France.

Par ordre chronologique de publication :

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Sarlat-la-Canéda changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>