Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Vasles

Passer votre commande de carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Sélectionner votre démarche ci-dessous pour obtenir votre tarif en ligne

Changement de titulaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de propriétaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Vasles

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Vasles , est le même dans toute les villes Deux-Sèvres , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Vasles changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE VASLES

Vasles est une commune du Centre-Ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle appartient au Pays de Gâtine.

Vasles se situe en Deux-Sèvres à moins de 5 km du département de la Vienne. La commune est au centre d’un triangle formé à l’est par Poitiers, à l’ouest par Parthenay et au sud par Saint-Maixent-l’École. La Boivre, la rivière aux castors, y prend sa source avant de traverser le village.

La commune de Vasles est la deuxième plus étendue du département des Deux-Sèvres après Bressuire bien qu’elle ne compte que 1 500 habitants. Elle occupe plusieurs hectares et regroupe plusieurs hameaux et villages dont la Pagerie, la Coursaudière, Chaussauvent et la Poitevinière.

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l’éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu’en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l’encadré ci-après.

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l’Énergie et du Climat complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Menigoute_sapc », sur la commune de Ménigoute, mise en service en 1950 et qui se trouve à 9 km à vol d’oiseau[8][Note 4], où la température moyenne annuelle est de 12,1 °C et la hauteur de précipitations de 959,3 mm pour la période 1981-2010. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Poitiers-Biard », sur la commune de Biard, dans le département de la Vienne, mise en service en 1921 et à 25 km, la température moyenne annuelle évolue de 11,5 °C pour la période 1971-2000[11] à 11,7 °C pour 1981-2010, puis à 12,2 °C pour 1991-2020[13].

Vasles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,. La commune est en outre hors attraction des villes[17][18].

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des territoires agricoles (88,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (89,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (56,1 %), zones agricoles hétérogènes (18,4 %), prairies (14,2 %), forêts (9,7 %), zones urbanisées (1,3 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,3 %).

L’IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIII siècle), la carte d’état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd’hui)[Carte 1].

Vasles compte plusieurs vestiges préhistoriques dont des outils en pierre taillée en excellent état de conservation, appelée hache à talon, ces haches proviennent des territoires barbares du Nord de l’Allemagne, elles sont datées de l’âge du bronze moyen ou du début de l’âge du bronze final soit entre 1600 et 1300 avant J.C.. En 1925, lors d’une labour près d’un vieux chemin, un dépôt reposant de nombreuses hache à talon, ainsi que de nombreux vases prouvent l’installation d’une population à cette époque.

Le nom de Vasles semble toutefois dériver de l’occupation romaine et plus précisément de Valérius un notable romain qui avait élu domicile sur le territoire qui deviendrait plus tard le village de Vasles. À noter que ceci se prononce ‘Val’ avec les S muets.

L’ancienne forteresse de la seigneurie de Vasles fut construite sur des terres données à l’abbaye royale de Sainte-Croix de Poitiers par Clotaire I, roi des Francs et son épouse la reine Radegonde. Ces terres de Vasles permirent à l’abbaye d’assurer son autonomie financière.
Par cette dotation royale les abbesses de Sainte-Croix de Poitiers devinrent les dames de la seigneurie de Vasles jusqu’à la Révolution française.
Attachée à l’abbaye royale de Sainte-Croix de Poitiers, la seigneurie de Vasles relevait directement de la suzeraineté royale et de ce fait détenait tous les droits de juridictions hautes, moyenne et basse, droits de fiscalité et autres droits réservés à ses juges.

Les dames de Vasles firent édifier un château fort protégé par des murailles et des douves surmontées d’un pont-levis.
La plus grande partie, attenant à l’église romane de la paroisse, fut détruite vers 1900. Cette destruction permit la construction d’une nouvelle église et l’agrandissement de la place publique servant pour les marchés aux bestiaux.

En faisant un grand bond dans l’histoire, on retrouve une commune à l’économie florissante à la fin du XIX siècle, avec de très nombreux commerces et artisans dont plusieurs aubergistes en centre bourg. Un long déclin s’est ensuivi Vasles n’ayant pas échappé à un début de désertification rurale pendant quelques décennies. Toutefois la création par la commune du parc touristique Mouton Village à la fin des années 80 ainsi que le soutien apporté à l’élevage ovin et à l’exploitation d’une laine de qualité ont permis à Vasles de relancer ses activités locales. Lors du dernier recensement l’on remarque en outre une progression du nombre d’habitants.

Il faut noter qu’il y a eu un évènement tragique le sur la commune. En effet, depuis plusieurs semaines les Allemands sont partout dans les environs du bourg à la recherche de F.F.I.. La veille, un guet-apens aurait été tendu contre un peloton allemand blessant certains d’entre eux. En guise de représailles, ils prennent plusieurs hommes en otage et menace de les exécuter. Il faut savoir que, contrairement à Oradour-sur-Glane, ici c’était des simples soldats de la Wechmart et non des S.S. C’est dans ce contexte qu’un résistant, François Georges, instituteur à Lavausseau (Vienne), veut traverser le bourg occupé. Plusieurs personnes à l’entrée de celui-ci, lui disent de ne pas passer par le bourg, mais il n’en tient pas compte. En arrivant dans le centre du bourg, il subit un contrôle d’identité et les Allemands trouvent sur lui des documents compromettants. Il est arrêté et rejoint le groupe d’hommes du bourg qui cette fois-ci voient leur exécution certaine (d’après l’ancien pharmacien monsieur Tourneau). Le matin du , tous les hommes sauf François Georges sont conduits dans un pré et contre toute attente, le commandant allemand leur dit de s’enfuir et de ne pas se montrer pendant quelques jours, les Allemands tirent des coups de feu en l’air faisant croire le pire aux habitants du bourg. Puis il exécute François Georges. Son assassinat est commémoré par un monument sur la route de Vausseroux, ainsi que par une plaque sur la façade de l’église.

Vasles n’en finit pas d’avancer, son site internet en fait l’un des quelques villages de sa taille à être signalé comme ‘Ville Internet’ et elle a été à l’origine d’une pétition pour l’installation sur son territoire de l’internet à haut débit, faisant à présent partie des quelques communes rurales des Deux-Sèvres à bénéficier de l’ADSL à 2048 de bande passante. Courant 2007 elle a lancé l’école de la Laine, une nouvelle extension de son projet de valorisation de la culture locale et de l’élevage ovin. L’école de la Laine est un centre de formation à différentes techniques lainières (teinture de la laine, tissage, feutrage, dentelle aux fuseaux…).

Parc touristique créé par la commune près du centre bourg à la fin des années 1980. Il présente entre autres le défi de dynamiser l’économie locale sans renier l’héritage de la région très liée à l’élevage ovin. Pour ce faire un parcours touristique a été créé Le Jardin des Agneaux avec plus de 20 races de moutons du monde entier sur un arboretum de 6 hectares. Le parc a accueilli plus de 30 000 visiteurs pendant la saison 2005.

Mouton Village et le Pays de Gâtine font partie d’un programme de réhabilitation de l’élevage ovin en Europe nommé Lanatural. Ce groupe englobe des partenaires Espagnols, Portugais et Français ainsi que quelques observateurs des pays de l’Est.

Plusieurs pistes ont ainsi été financées et lancées telles que la recherche sur la laine comme isolant naturel, engrais non polluant ou encore plus simplement (ou peut-être pas) la mise en valeur de la laine produite en Europe comme matière de qualité supérieure pour l’industrie du secteur textile mondialement.

Partie intégrante du parc touristique par certains côtés, elle n’en demeure pas moins un lieu indépendant qui accueille des conférences et autres rassemblements dans un cadre de qualité.

Située en centre bourg, attenante au château, l’église romane de Vasles est citée dès 1165. Elle appartenait au temporel de l’abbaye de Sainte-Croix de Poitiers et son origine précise se perd dans la nuit des temps. Placée sous le vocable de Sainte-Radegonde, reine des Francs (fondatrice vers 550 de l’abbaye de Sainte-Croix), cette église romane fut détruite vers 1900. Elle avait été fondée puis entretenue pendant plus d’un millénaire par les abbesses (bienfaitrices de la paroisse de Vasles). C’est pourquoi Vasles s’honore, à juste titre, d’être placée sous le patronage de sainte Radegonde, patronne de Poitiers, couronnée en 1887 par le pape Léon XIII “mère de la patrie française”.

La nef de l’église remontait au XII siècle et le sanctuaire était du XIIIe siècle. Le grand portail de la façade était du plus pur roman, avec son cintre et ses deux contreforts plats. De cette ancienne église il reste un crucifix du XIII siècle avec large jupon à plis, corps contourné.

Au pignon de l’abside, se trouvait une croix ancrée du XI siècle, et du côté sud on voyait une petite porte plein cintre, aussi du XIe siècle. En revanche, trois chapiteaux d’époque romane sont encore conservés.

Dans l’ancienne église romane se voyait une curieuse statuette du XV siècle. portant une inscription en lettres gothiques. Elle représentait saint Nicolas. Il y avait aussi une statue de saint Jacques pèlerin, dans le style Louis XIV.

On ne sait pas ce qu’est devenu un grand tableau du XVII siècle représentant le Christ debout, vêtu d’une tunique blanche avec manteau rouge. Sur ce tableau sainte Radegonde à genoux devant le Christ, portait une couronne royale, un manteau bleu fleurdelisé et doublé de mouchetures d’hermine. En arrière-plan, on apercevait devant une grande façade, un jardin planté d’arbres et de cyprès.

La nouvelle église de Vasles, construite en 1901, à la place de l’ancienne église romane, est orientée au nord. Dans le chœur subsistent des vitraux de l’ancienne église. Les vitraux portent les armoiries des donateurs : La Sayette et Lassus-Bizous, La Sayette et Le Forestier de Vendeuvre, Morineau, Métivier et Bessay, Bonneau du Chesne.

Sur un vitrail un médaillon représente le chanoine Coutant, curé-doyen de Vasles, qui fit construire cette nouvelle église et un autre vitrail évoque le père Henri de la Sayette, missionnaire en Chine, décédé en 1905.

À l’entrée du chœur, une ancienne chaire (divisée en deux) présente sur des panneaux du XVIII siècle, quatre médaillons qui figurent les quatre évangélistes. La grande majorité des vitraux de l’église actuelle ont été offerts par la famille de La Sayette.

Hameau Le Chilleau

Le château de la Sayette est situé à quelques kilomètres du centre bourg au lieu-dit la Sayette. Connu depuis 1123 il a été remanié au XIX siècle. Le logis (corps de bâtiment et les deux pavillons) les communs, l’abreuvoir, les murs de clôture le parc et la chapelle ont été inscrits monument historique le [20].

Son propriétaire le conserve en excellent état, ainsi que ses jardins abritant des chênes centenaires qui peuvent être visités dans le cadre des Chemins Secrets du Poitou.

Situé 3, 5 et 7 rue du Soufflet, près de l’église de Vasles, ce vieux logis médiéval des abbesses de Sainte-Croix de Poitiers a été édifié de 1467 à 1471 à l’emplacement d’une aumônerie ruinée durant la guerre de Cent Ans. L’architecture de ce logis en équerre est conforme au XV siècle. Le bâtiment est richement orné de superbes fenêtres à meneaux. Ce logis est ce qui reste d’un ensemble castral, comprenant un “pénitencier”. La plus grande partie a été détruite vers 1900 pour faire place à l’agrandissement de la place publique et à la construction d’une nouvelle église. Le logis est couvert d’une haute toiture à tuiles plates. Il comprend une tour hexagonale à vis, trois cheminées du XVe siècle,des fenêtres et des portes avec linteaux en accolade, des baies moulurées à meneaux, de nombreux coussièges en pierre. Sur les jambages de la baie principale se font face deux modillons : – à gauche une femme à la chevelure bouclée, coiffée d’un bonnet de laine, tend vers son cœur l’index de sa main droite et lève les yeux au ciel. Il s’agit d’une représentation de la vertu théologale “la charité”. – à droite c’est un personnage accroupi, chaussé de sabots. Il est encapuchonné, porte un bonnet d’âne surmonté d’un grelot et défèque. Son index de la main droite est appuyé sur ses lèvres. Il s’agit d’une représentation de la concupiscence. La porte principale à pinacles a été détruite vers 1925, elle était surmontée d’un superbe ours bâté (symbole religieux). Ses nouveaux propriétaires M. et M de Saint-André procèdent à sa restauration et l’ont fait inscrire en 2006 à l’I.S.M.H., en vue de sa protection[20].

Le manoir situé au lieu-dit Chez Paulier érigé au XVII siècle a été inscrit monument historique le

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[36].

En 2019, la commune comptait 1 671 habitants, en diminution de 2,51 % par rapport à 2013 (Deux-Sèvres : +0,87 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Deux écoles sont présentes, l’une publique allant de la maternelle au primaire, et l’autre privée sur les mêmes tranches d’ages.

L’Union Sportive Vasléenne est un club de foot organisé en une association.

Il existe également un parc culturel regroupant de nombreuses races ovines, certaines races ne sont représentées dans le parc qu’en peu d’individus, du fait de la voie d’extinction de la race. Ce parc nommé Mouton Village a été bâtit dans les années 1980 afin lutter contre le départ massif des populations rurales vers les villes, aussi appelé exode rural.

Dans ce même engouement de restauré le mouton, il a été créé une école de la laine, fondée en 2007, où l’on peut apprendre le tissage et les différents usages de la laine.

Champagne, Alain. “Une reconstruction au XVe s. en Poitou : financement et approvisionnement en matériaux du chantier de Vasles.” 1999, p. 287‑307.

Germond, Georges. « Découverte inédite de l’âge du bronze dans les Deux-Sèvres ». Bulletin de la Société préhistorique française. Comptes rendus des séances mensuelles, vol. 73, n 4, 1976, p. 107‑15. DOI.org (Crossref), doi:10.3406/bspf.1976.10283.

Léa Laroumagne. Les Britanniques En Milieu Rural Du Poitou-Charentes :  Le Cas de Vasles, Dans Les Deux-Sèvres (79). 2017, https://univ-poitiers.primo.exlibrisgroup.com/permalink/33UDP_INST/113bbkm/alma991000003559706171.

Madeline, Philippe, et Jean-Marc Moriceau. « Histoire et société rurale ». Histoire & Sociétés Rurales, vol. 31, n 1, Association d’histoire des sociétés rurales, 2009, p. 195‑279, doi:10.3917/hsr.031.0195. Cairn.info.

Marcadé, Jacques. Un grand domaine au XVIIIe siècle  :  les seigneuries de Vasles, Vausseroux et Saint-Philibert. Société des antiquaires de l’ouest, 1985, https://univ-poitiers.primo.exlibrisgroup.com/permalink/33UDP_INST/113bbkm/alma991000162159706171.

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Vasles changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>