Votre carte grise en ligne
en 5 mn à Villiers-Saint-Frédéric

Passer votre commande de carte grise en ligne et recevez là directement chez vous en faisant confiance à un professionnel agréé par le ministère de l’Intérieur N°33958

Choisissez votre démarche ci-dessous pour obtenir votre tarif en ligne

Changement de titulaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez cédé votre véhicule

Carte grise véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

Changement de titulaire

Suite à l’acquisition d’un véhicule d’occasion

Changement d'adresse

Vous avez où vous allez déménager

Demande de duplicata

Votre carte grise a été volée ou perdue

Changement d'état civil

Suite à un divorce, mariage, ou un décès.

Déclaration de session

Vous avez vendu votre véhicule

Véhicule neuf

Vous venez d’acheter un véhicule neuf

[trustindex no-registration=google]

Prix carte grise en ligne à Villiers-Saint-Frédéric

Le prix de la carte grise est calculé en fonction du coût du cheval fiscal fixé par le conseil régional. 

A ce montant peut s’ajouter d’autres taxes qui sont généralement tributaires du véhicule : la date de sa mise en circulation, son ancienneté, le type du carburant, son taux d’émission de CO2,…

Le prix du cheval fiscal à Villiers-Saint-Frédéric , est le même dans toute les villes Yvelines , et est imposé aussi bien par l’ANTS que par FCGE Paris. 

carte grise en ligne à Villiers-Saint-Frédéric changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte

Certifié par le Ministère de l’Intérieur.

Habilitation préfecture: N°24267
Agrément N°: 33958

Les documents à fournir

  • Carte grise originale et une photocopie
  • Demande de certificat d’immatriculation d’un véhicule (original rempli et signé par le demandeur)
  • Original de la déclaration de cession d’un véhicule (original rempli et signé par le vendeur)
  • Mandat d’immatriculation (rempli et signé)
  • Contrôle technique de moins de 6 mois pour les véhicules de plus de 4 ans (photocopie)
  • Justificatif de domicile (photocopie)
  • Pièce d’identité du demandeur (photocopie)
  • Attestation d’assurance (photocopie)
  • Attestation d’assurance du véhicule
  • Photocopie du permis de conduire du demandeur

MIEUX CONNAÎTRE VILLIERS-SAINT-FRÉDÉRIC

Villiers-Saint-Frédéric est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France.

La commune se situe à l’extrémité est de la plaine de Montfort-l’Amaury en contrebas de l’escarpement de Neauphle-le-Château qui marque lui-même l’extrémité ouest de la plaine de Versailles.

La majeure partie de l’habitat de la commune est regroupé autour du centre village où se trouvent la mairie et la petite église Saint-Frédéric. Deux extensions de type pavillonnaire ont été créées, l’une à l’ouest, dans le quartier dit Pasteur en limite de Neauphle-le-Vieux, l’autre, un peu plus résidentiel, en amont du lieu-dit du Pontel où se trouvait la RN 12 avant sa déviation et son déclassement en D 912.

La Mauldre est la principale rivière de cette commune. Elle a servi de base à la nouvelle limite administrative avec Neauphle-le-Vieux au moment du démembrement de cette dernière en 1783 portant la création de la nouvelle paroisse de Villiers.

La commune héberge également quelques mares, sur les terrains argileux de son territoire.

La commune de Villiers-Saint-Frédéric est l’une des douze communes concernées par le plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) du bassin de la Mauldre. La Mauldre et ses affluents sont en effet sujets à des crues rapides, de type torrentiel.

En gras les hameaux. principaux :

En italique les toponymes du plan du fief de Villiers-Cul-de-Sac (Arch. dép. Yvelines, 48 J 624-626 – en ligne -, déb. 18 s.) et du cadastre napoléonien (Arch. dép. Yvelines, 3 p. 310 – en ligne -, déb. 19e s.), et parfois précédés d’un astérisque [*] ceux qui ont disparu.

Voir également ci-après, pour la toponymie, les paragraphes consacrés aux chemins ruraux et aux sentes.

Le lieu-dit du Pontel, localement célèbre eu égard aux nombreux embouteillages de week-end avant la déviation de la RN 12 et la disparition de l’autopont en 2003 reste un carrefour d’importance pour la circulation locale. Trois voies de circulation importantes y passent :

La ligne de Saint-Cyr à Surdon passe par le territoire communal depuis 1864. La commune possède une gare ferroviaire sur cette ligne.

La commune est desservie par les lignes 14, 78, B, M, P, Q et V de la société de transport Hourtoule, par les lignes 13, 40 et Express 67 de l’établissement Transdev de Houdan et par la ligne 18 de l’établissement Transdev d’Ecquevilly.

Le sentier de grande randonnée GR 1 traverse le territoire de la commune, de Neauphle-le-Vieux à l’ouest jusqu’à Saint-Germain-de-la-Grange à l’est.

Villiers-Saint-Frédéric est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,. Elle appartient à l’unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[7] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue,.

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne. Cette aire regroupe 1 929 communes[10][11].

Le nom de Villiers-Saint-Frédéric vient de Villiers-Cul-de-Sacq,, l’ancien déterminant « Cul de Sacq » vient probablement de la topographie des lieux. Dans sa monographie, l’instituteur de Villiers en 1899 décrit une « accès difficile » ; l’un des rares accès à ce hameau, depuis Neauphle-le-Château était un chemin très pentu dit « chemin de Neauphle », aujourd’hui « rue de la Butte » , montant une côte à 18 %. Nom d’un hameau et d’une seigneurie se trouvant autrefois sur le territoire de Neauphle-le-Vieux[14].
Villiers a également été désigné au Moyen Âge sous le nom de Villiers delez Neafle, c’est-à-dire « Villiers près Neauphle ».
Villiers-le-Voltaire sous la révolution en 1793[16][17].

Villiers dérive du bas latin villare qui signifie « groupe de fermes ».
Le déterminant « Saint-Frédéric » est une référence à saint Frédéric († 838), à qui est dédiée l’église. Cette dédicace vient du fait que la nouvelle église paroissiale a été fondée en 1780 par Frédéric Phélypeaux, comte de Maurepas, en vue de la suppression de la paroisse de Saint-Aubin.

Il a existé un habitat à l’époque néolithique, comme l’attestent les fragments lithiques (une centaine d’outils en silex) et céramiques retrouvés fortuitement en 1987 dans un terrain des rues Gromet, et attribués à la période du Groupe de Villeneuve-Saint-Germain (vers 5100-4700 av. J.-C.).

Pour l’époque antique et celle antérieure au XIV siècle, l’histoire de cette commune semble avoir laissé peu de traces, n’étant probablement que peu habitée. N’ayant pas encore le statut de paroisse, mais d’un simple hameau seigneurial, les sources sont de ce fait moins explicites, en dehors de l’histoire de ses seigneurs particuliers.

Le territoire de l’actuelle commune a appartenu jusqu’au XVIII siècle (1783) à celui de Neauphle-le-Vieux[20]. On peut penser que les trois communes actuelles de Neauphle-le-Château, Neauphle-le-Vieux et Villiers-Saint-Frédéric (ex-hameau de N.-le-Vieux), aient formé une seule et même paroisse et le bourg castral de Neauphle se soit développé autour de l’ancien château des seigneurs de Neauphle.

Le coteau situé à l’ouest des bois de Villiers était depuis le Moyen Âge le siège d’une petite seigneurie dépendant de la châtellenie de Neauphle-le-Château, laquelle relevait du roi à cause de sa châtellenie de Meulan. Il existait alors une demeure seigneuriale aujourd’hui disparue mais dont le microtoponyme a été conservé au cadastre (feuille C1). Face à l’actuelle mairie subsiste l’entrée monumentale de la ferme de cet ancien château, et probablement quelques éléments de celle-ci, ainsi que l’ancienne chapelle, devenue en 1783 la nouvelle église paroissiale Saint-Frédéric[22].

Avant 1783, la cure était dédiée à Saint-Aubin et se trouvait au lieu-dit de la ferme de Saint-Aubin (aujourd’hui à Neauphle-le-Vieux). Cette ancienne paroisse, comptant 20 communiants vers 1750 ne possédait plus dans la dernière moitié du XVIIIe siècle qu’un seul foyer (ou feu), probablement la famille du fermier de Saint-Aubin. Elle fut supprimée en 1783 et son territoire rattaché à celui de Neauphle-le-Vieux[25], en même temps que fut détachée de cette dernière le nouveau territoire de Villiers-Saint-Frédéric. La cure de Saint-Aubin fut transférée sur la chapelle Saint-Georges du château de Villiers-Cul-de-Sac. Les comptes de la fabrique ne couvrent d’ailleurs que les années 1783-1791. L’église portait alors le titre de Saint-Georges de Villiers-Saint-Frédéric[26]. L’église Saint-Aubin, qu’on peut situer grâce à l’atlas de Trudaine (planche Arch. nat. F/14/*8447) est aujourd’hui démolie. La réception des travaux de la nouvelle église, commandés par le comte de Maurepas intervient à compter du 19 décembre 1782 à la demande du duc de Nivernais époux d’Hélène Phélypeaux de Pontchartrain ainsi que des entrepreneurs qui ont participé aux travaux. Ceux-ci mandatent l’expert-juré-entrepreneur de bâtiments parisien Michel Neveu, voisin du duc de Nivernais rue de Tournon à Paris, pour voir si les devis et marchés faits avec feu M. le comte de Maurepas ont bien été exécutés, en faire la réception ou s’il y a lieu rapporter leur exécution : arc.nat/z/1j/1094, procès-verbal du 19 décembre 1782.

En 1789, cette nouvelle paroisse de Villiers-Saint-Frédéric est érigée en commune, et prend à partir de 1793 le nom révolutionnaire de Villiers-le-Voltaire,.

Les seigneurs de Villiers-Cul-de-Sac furent successivement des membres des familles de Villaines (XIV s.), de Rouville (XVe-XVI s.), de Meneau (XVIe-XVII s.), puis Phélypeaux de Pontchartrain (XVIIIe s.).

La paroisse de Villiers Cul de Sac, crée en 1783, juste avant la Révolution française, dépendait alors au civil de la généralité de Paris et était comprise dans l’élection de Montfort-l’Amaury, subdivision de la généralité. Le ressort judiciaire dont elle faisait partie était le bailliage de Montfort. Le droit coutumier était celui du Vexin français. Au regard des autorités religieuses de l’Église catholique romaine, la paroisse, alors dédiée à saint Aubin, relevait de l’ancien diocèse de Chartres, et se situait dans l’archidiaconé du Pincerais, au doyenné de Poissy. Le patron présentateur de la cure, c’est-à-dire celui qui nommait le curé, était l’abbé de Neauphle-le-Vieux.

Depuis la révolution, Villiers a fait partie du département de Seine-et-Oise, dans le canton de Neauphle-le-Château, ayant a été mis en 1790 dans le district de Montfort. Ce dernier a été supprimé en 1795 et le canton de Neauphle a été intégré au district élargi de Rambouillet, qui devient en 1800 l’actuel arrondissement de Rambouillet. En 1801, le canton de Neauphle-le-Château est supprimé et Villiers-Saint-Frédéric fait depuis partie du canton de Montfort-l’Amaury[30]. Pendant cette période, le ressort judiciaire a dépendu des districts (tribunal d’instance) et cantons (justice de paix) correspondants. Au ressort ecclésiastique, la paroisse, dont la dédicace a été transférée à une époque indéterminé à saint Frédéric, dépendait depuis 1801 du nouveau diocèse de Versailles, doyenné de Montfort-l’Amaury. En 1845, l’évêque de Versailles créa l’archidiaconé de Notre-Dame (arrondissements d’Étampes, Corbeil et Rambouillet). Aujourd’hui, dans l’actuel diocèse de Versailles, Villiers-Saint-Frédéric appartient au groupement paroissial de Neauphle-Jouars, dans le nouveau doyenné de Maule-Montfort-Houdan.

L’évolution du nombre d’habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l’Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d’information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d’une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[35].

En 2019, la commune comptait 2 906 habitants, en augmentation de 6,8 % par rapport à 2013 (Yvelines : +2,1 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

En 2018, le taux de personnes d’un âge inférieur à 30 ans s’élève à 34,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (38,0 %). À l’inverse, le taux de personnes d’âge supérieur à 60 ans est de 24,9 % la même année, alors qu’il est de 21,7 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 411 hommes pour 1 497 femmes, soit un taux de 51,48 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,32 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s’établissent comme suit.

La seule entreprise importante qui se trouve sur la commune est l’IDVU (Ingenierie Division Vehicules Utilitaires) de Renault. Le site est spécialisé dans le développement des véhicules utilitaires (avec General Motors) et dans certains essais. Il héberge également l’exploitation informatique et télécom du groupe. Il compte environ 3 000 salariés.

Dans le quartier du Pontel est également située un complexe commercial, centré autour du Carrefour Market, un supermarché qui était jusqu’en 2009 à l’enseigne Champion. C’est là que se trouve véritablement la zone active du village, avec tabac, presse, boulangerie, boutique de prêt-à-porter, restaurant, et autres magasins alimentaires comme une poissonnerie.

La commune possède :

La Maison du Temps Libre (M.T.L.) fait partie du complexe sportif du village. Elle comprend une grande salle accueillant des activités sportives, mais aussi des réunions annuelles et une seconde salle adaptée à la danse.

Un gymnase construit en 2000 complète cet ensemble. À proximité se trouvent trois courts de tennis dont un couvert. Un petit dojo est présent près des écoles.

À noter également, que la commune de Villiers-Saint-Frédéric compte 14 associations : la VSC (Villiers Sport et Culture) qui propose 40 activités (théâtre, danse, gym, renforcement musculaire, relaxation, gym senior, le running sport nature, le judo, le tennis, le scrabble, la peinture sur soie …) Villages D’Yvelines en Transition, FCPE, APEIV, La Compagnie Des Archers Villersois, Club Canin, Fête de vos mains, Les ajoux de Villiers, Krav Maga 78, La Ligue pour la Protection des Oiseaux, Comité des Fêtes, L’Or des Loisirs, Tennis de Table des 4 Communes, le S.E.L des 3 Communes. Le bureau du foyer rural est cour de la ferme près de l’église.

La page est mise en ligne à des fins d’information du public et en vue d’informer les clients. Par ailleurs elle est régulièrement mise à jour, dans la mesure du possible. Néanmoins en raison de l’évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle. Nous vous invitons toutefois à nous interroger pour toute question ou problème concernant le thème évoqué au 01 40 61 94 59. Cependant en aucun cas FCGE ne pourra être tenu responsable de l’inexactitude et de l’obsolescence des articles du site.  xtremwebsite carte grise en ligne à Villiers-Saint-Frédéric changement adresse carte grise ants carte grise simulateur carte grise prix carte grise changements adresse carte grise</span>