Pour soutenir votre journalisme local, abonnez-vous !
Pourquoi voyez-vous ce message ?
Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies, vous pouvez à tout moment modifier votre choix, ici.
Le contenu de ce site est le fruit du travail de journalistes qui vous apportent chaque jour une information locale de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.
Déjà abonné ?
Sarrebourg
jeu. 10/11/2022
Si vous voyez ce champ, ne le remplissez pas
Le Républicain Lorrain, en tant que responsable de traitement, recueille dans ce formulaire des informations qui sont enregistrées dans un fichier informatisé par son Service Relations Clients, la finalité étant d’assurer la création et la gestion de votre compte, ainsi que des abonnements et autres services souscrits. Si vous y avez consenti, ces données peuvent également être utilisées pour l’envoi de newsletters et/ou d’offres promotionnelles par Le Républicain Lorrain, les sociétés qui lui sont affiliées et/ou ses partenaires commerciaux. Vous pouvez exercer en permanence vos droits d’accès, rectification, effacement, limitation, opposition, retirer votre consentement et/ou pour toute question relative au traitement de vos données à caractère personnel en contactant [email protected] ou consulter les liens suivants : Protection des données, CGU du site et Contact. Le Délégué à la Protection des Données personnelles ([email protected]) est en copie de toute demande relative à vos informations personnelles.
L’édition du soir en numérique dès 21h30 Le journal en numérique dès 5h Accédez à tous les contenus en illimité
Sarrebourg
jeu. 10/11/2022
Retrouvez tous nos contenus et notre journal en numérique
Téléchargez gratuitement l’app
Il pensait avoir fait une affaire, mais, depuis plusieurs semaines, c’est devenu un casse-tête. Mi-avril, Adrien Klein, 82 ans, décide d’acheter un nouveau véhicule, un Berlingo Citroën d’occasion, « plus récent et avec moins de kilomètres que le mien », explique ce Walscheidois. Immédiatement, le garage fait une demande de carte grise, enregistrée le 13 mars à 11 h 18 par les services du ministère de l’Intérieur. « Mais je ne l’ai toujours pas reçue, racontait-il lundi 10 avril. Personne ne sait où elle est. Je ne peux pas rouler avec ma nouvelle voiture qui stationne dans le garage. »
La carte grise a pourtant bel et bien été éditée et envoyée par courrier recommandé par l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS). « Il aurait dû la recevoir quelques jours plus tard », confirme le service des cartes grises de la préfecture, habituée à délivrer ce genre de titre.
À plusieurs reprises, Adrien Klein appelle le numéro de La Poste, le 36 31, sans succès. « On me dit toujours : « on la recherche, on la recherche », mais rien », affirme cet octogénaire, qui a bien du mal à comprendre qu’aujourd’hui, avec tous ces codes, un courrier recommandé puisse être égaré.
Muni du numéro du pli, Adrien Klein est allé à la boulangerie de Walscheid, qui sert de dépôt pour les colis de La Poste, afin de vérifier que sa lettre recommandée n’y était pas. Puis, il s’est rendu aux bureaux de La Poste de Troisfontaines et de Sarrebourg, au cas où une erreur d’aiguillage de l’envoi soit survenue. Sa quête est restée vaine.
« Une enquête postale a été demandée le 5 avril, elle devrait aboutir le 5 mai », précise la préfecture, en consultant son dossier. « Le 15 mars, le courrier est en attente d’une seconde présentation. Le 16 mars, il est enregistré au bureau distributeur de Sarrebourg. Le 20, cette lettre est perdue, précise l’ANTS. Dès que les résultats de l’enquête seront connus, nous les enverrons par courrier aux personnes concernées. »
La chronologie n’est pas confirmée par La Poste. Cependant, « cette lettre a bien été égarée, reconnaît la direction. L’équipe d’encadrement de la plate-forme courrier de la Poste de Sarrebourg va aider M. Klein dans ses démarches, et la Poste payera tous les frais nécessaires pour faire éditer un duplicata. » Pour l’heure, aucune explication ne permet de comprendre comment cette lettre recommandée a pu être perdue. L’enquête postale permettra peut-être de savoir ce qui s’est passé. Il s’agirait, d’après la direction, « d’un cas très isolé ». Affaire à suivre.

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *